Partagez | 
 

 À la poursuite du malheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fùinèt

avatar

Champion
Champion


Masculin Nature : Timide
Exp : 166
Date de rencontre : 24/12/2013
Niveau : 18
Spectre Aucun

Message() Sujet: À la poursuite du malheur Ven 25 Déc 2015 - 23:57



Règles :

  • Seul le premier Pokémon rencontré de chaque route peut être capturé.
  • Un Pokémon K.O doit être relâché.
  • Chaque Pokémon doit être surnommé.
  • L'utilisation du PC est interdite (sauf pour relâcher un Pokémon).
  • Aucun objets/baies de soin (que ce soit pv ou statut) ne seront tolérés.
  • Je ne peux pas capturer deux fois un Pokémon d'une même famille.
  • Je jouerai en mode défini.
  • Le repousse est interdit.
  • Pension interdite.
  • Je ne peux pas utiliser un légendaire.
  • Triche interdite.


Sommaire:
 


Prologue :

—  Misère, misère… Fit doucement un homme dans un soupir en nettoyant ses lunettes à la lumière d'un réverbère.
   Il se trouvait dans les rues annexes de Doublonville, celles que l'on essayait de cacher l'existence pour préserver la renommée de « La Ville Grandissante ». Il y avait pourtant bon nombre d'endroits peu fréquentables dans le pôle le plus branchée de Jotho, bien que ne l'on en parlait pas.
Et pourtant ils étaient bien là, remplis de personnes pour la plupart malhonnêtes ou qui voulaient oublier un échec de leur vie plus que médiocre. C'était assez contrastant avec l'image que se donne Doublonville : « La mégapole pleine de vie où les plus grandes ambitions trouvent foyer ».
Les yeux sont trompeurs, ils nous montrent que la surface des choses, pensa l'homme en remettant ses lunettes, puis regarda autour de lui. Bien que ce soit l'été, il n'y avait personne dans ces rues alors qu'il voyait plusieurs bars ou d'hôtels, certes ils n'inspiraient pas confiance avec leurs fenêtres crasseuses et leurs toitures qui paraissaient pouvoir se détacher à tout moment, mais ce sont quand même des points où les gens sont sensés êtres présents.
   Le binoclard était là car il voulait se détendre et surtout trouver un endroit où dormir après que sa femme l'ait jeté dehors. Il arpenta un peu les rues, à la recherche d'abord d'un bar jugé 'Non Saccagé', ce qui semblait être une demande conséquente.
    Après une bonne dizaine de minute, il trouva un bar qui semblait vivant, assez grand et qui offrait le premier verre. Vu qu'aussi il avait l'air propre et convivial, l'homme entra sans trop hésiter pour se retrouver dans ce qui semblait être une célébration ou une cérémonie : tout le monde était autour d'un même point qui se situait au centre de l'établissement mais qui pourtant n'était pas près de la scène ou du barman. Il y avait des Mélokrik jouant de la musique et des voix, des conversations, des cris, des sifflements, des encouragements et des applaudissements qui fusaient de partout.
—  Que se passe-t-il ? Demanda le binoclard à un homme trapu à côté de lui car il était trop petit pour voir comparé aux autres.
—  Y'a le Pèlerin qui s'en va pour Hoenn, répondit-il en buvant une gorgée.
—  Le… Pèlerin ? Questionna-t-il en essayant d'apercevoir quelque chose, mais il ne vit qu'un chapeau haut de forme et un bâton au milieu.
  Son interlocuteur le fixa en haussant un sourcil.
—  Tu n'as jamais mis les pieds par ici ? Le Pèlerin c'est un gars comme nous. Il boit, il se drogue, il fume - il prit une autre gorgée -. Et pourtant c'est un pianiste de génie qui donne de la motivation à chacun. Vraiment un bon gars… On l'appelle le Pèlerin parce qu'il s'aide d'un bâton pour marcher.
 Interloqué, l'arrivant regarda tout autour de lui et chacun semblait porter un regard attaché vers ce pianiste. Était-il si bien que ça ?
Il se mit sur la pointe des pieds pour essayer de le l'apercevoir, mais tout ce qu'il put voir fut sa nuque.

— Mais qu'est-ce que tu vas foutre à Hoenn ? Fit une voix bourrue un peu plus forte que les autres.
  Un silence s'en suivit. Tout ceux présents voulaient connaître la réponse à cette question. Le pianiste   tourna lentement sur lui-même pour pouvoir regarder chacun des Hommes présents ; son regard s'arrêta l'arrivant et il put voir ses yeux verts. Il ne vit que ça de son visage car ils étaient transperçants. Cette paire d'œils était si… Comment la décrire… Mystérieuse ? Elle semblait posait une question. Mais quelle question ?
 Enfin, il ouvrit la bouche et attendit quelques secondes avant de parler d'une voix forte, calme et parfaitement audible.
— Je poursuis ma quête du malheur.


Dernière édition par Fùinèt le Dim 25 Sep 2016 - 19:53, édité 5 fois
Iloufilm

avatar

Champion de Port Tempères
Champion de Port Tempères


Nature : Gentil
Exp : 361
Date de rencontre : 09/11/2014
Niveau : 22
Eau Plante
Pokédex : Aucune information.

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Sam 26 Déc 2015 - 0:09

La derniére phrase me donne déjà soif d'en savoir plus
Je vais tenter de garder un œil sur ce nuzlocke °^°
Fùinèt

avatar

Champion
Champion


Masculin Nature : Timide
Exp : 166
Date de rencontre : 24/12/2013
Niveau : 18
Spectre Aucun

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Ven 1 Jan 2016 - 19:44

Merci °^°

Chapitre 1 : Prémices du Destin Rouge :

—  C'est si rouge.
 Il était allongé à l'ombre de plusieurs érables rouges. Face vers le ciel, il regardait ces feuilles vermeilles ; il était comme hypnotisé et regardait les rameaux se balancer au rythme du vent.
Soudain, un vent plus fort souffla, l'obligeant à fermer les yeux. Il ne rouvrit pas les yeux de suite, il profita un peu de cette sensation agréable et froide contre son visage. Quand il perçut de nouveau, le ciel était tacheté de rouge : des dizaines et des dizaines de samares virevoltaient au gré du vent.
—  Pourquoi est-ce… Si rouge ?
  Un samare vint se plaquer contre sa joue droite. Il fit un geste mou pour l'enlever.
Quand ses doigts touchèrent son visage, il sentit un liquide s'étalait sur sa peau. Il regarda sa main et vit dessus du sang.


_________________________________________

—  Kyle ! Kyle !
  L'intéressé se réveilla mollement, puis regarda autour de lui avec des yeux fébriles. Il s'était endormi adossé contre un arbre, sauf qu'il n'avait pas souvenir d'avoir pris la décision de dormir.

—  Oui, mon frère ? Fit-il après s'être massé le visage.

  Ils étaient à la lisière d'un petit bois, entre Rosyières et Bourg-en-Vol. Le trajet de Jotho à Hoenn leur avait occupé toute la veille, si bien qu'il a dû s'écrouler de fatigue contre cet arbre sans prendre la peine de rejoindre un village pour dormir.

—  Tu… Tu avais les yeux fermés et tu ne bougeais plus, et tu ne répondais pas… Fit une voix enfantine à côté de lui.
—  Ça s'appelle dormir, mon frère.
—  Ho…

  Il tourna la tête pour pouvoir voir son frangin. Il était assis les jambes en dessous des cuisses et avait les poings fermés sur ses genoux ; il semblait assez gêné. Kyle le regarda fixement dans ses yeux verts.

—  P'tit Ramoloss, va ! Fit-il en lui ébouriffant ses cheveux noirs de jais.
—  Arrête ça-euh !

  Il se dégagea de son frère et se mit debout, ses joues étaient devenues rouges comme des pivoines.

—  Bref, je pense qu'on a encore quelques – il bailla – kilomètres avant Bourg-en-Vol, on devrait se remettre en route, dit Kyle en se levant à l'aide de son bâton.

 Debout, Kyle ainsi que son bâton devaient faire deux têtes de plus que son frère. Ce dernier tira un peu sur le haut de Kyle.
—  Dit, on pourra voir maman ? Demanda-t-il de sa voix mignonnette.
—  Hum… On verra si on le temps, Mélo.


***


  Quelques dizaines de minutes plus tard, ils arrivèrent au village où Kyle devait s'entretenir avec le professeur Seko pour un emploi plutôt intéressant.
 Bourg-en-Vol était un petit village idéal pour s'isoler ou se détendre. Il était très proche de la nature et les quelques maisons que pouvaient apercevoir nos protagonistes étaient faites en bois ; seul le laboratoire Pokémon qui se voyait de loin était fait entièrement en verre.
—  Bien, Mélo, reste dans les environs. Je vais voir le professeur et après je reviens vite te voir, d'accord ? Dit Kyle en regardant le laboratoire.
—  D'accord !
 Les deux esquissèrent un sourire puis le plus grand partit en claudiquant avec son bâton vers la bâtisse de verre.
De l'extérieur du laboratoire, on ne voyait pas grand-chose car des appareils électroniques ou des armoires bloquaient la vue.
 Seko avait fait une offre à Kyle, il pensait qu'il était le seul capable d'accomplir ce travail à la perfection. Le jeune adulte avait accepté de suite en sachant qu'il allait parcourir Hoenn de fond en comble.

 Il entra dans le laboratoire transparent un peu trop brusquement et claqua la porte, attirant l'attention d'un assistant.
—  Hé, les visiteurs ne sont pas autorisés aujourd'hui ! Fit-il en slalomant à travers des piles de documents pour aller à la rencontre de Kyle.
—  Hum… Je travaille ici, répondit-il en s'ébouriffant.

 Son interlocuteur pouffa de rire en croisant ses bras sur sa chemise.

—  Je suis le seul qui travaille sous les ordres du professeur Seko ! Maintenant, oust !

 Le nouveau venu était un peu décontenancé et ouvrit la bouche pour pouvoir parler sans qu'il ne produise aucun son.

— Ha, Kyle, tu es là ! Fit une voix qui venait de l'arrière du laboratoire.

 Un homme d'une trentaine d'année, vêtu d'une blouse blanche trop petite, d'une chemise à fleurs et d'un short vint vers eux.

—  Pro… Professeur, vous connaissez cet homme ? Demanda l'assistant, l'air incrédule.
—  Mais je le connais depuis qu'il est petit ! Répondit-il en arborant un sourire. Il va même travailler pour moi.
  Seko s'avança vers Kyle et lui tendit la joue. Le jeune adulte se rechigna à lui faire la bise.
—  Bien, comment vas-tu depuis tout ce temps ? Fit le professeur de bonne humeur. Viens, on va discuter affaire à l'arrière.

 Puis il prit Kyle par les épaules et le poussa jusqu'au fond devant le regard désarçonné de l'assistant qui pour le coup assistait à son employeur poussant un infirme qui devait très vite s'appuyait avec son bâton à chaque pas forcé pour ne pas tomber.

—  A-Arrêtez ça, bon sang ! Je vais tomber !
—  De toute façon, on est arrivé, dit le professeur en le lâchant enfin.

  Ils étaient arrivés dans une sorte de « salle » dont les murs étaient faits avec des armoires. Il y avait là une longue table et des chaises en verres ; sur l'une d'elle était assis un homme en costard-cravate et dont les cheveux blonds étaient peignés en arrière. Le professeur tira une chaise et s'assit.

— Voici Mikaël Tiphéreth, présenta le professeur. Il travaille pour Devon et c'est aussi la personne qui vérifiera si tu remplis les tâches qu'on te confiera.

  Lui et Kyle se saluèrent de façon taciturne et ce dernier ne put s'empêcher de voir le contraste entre l'homme soigneux avec son faux-col amidonné et le professeur très…

—  Un verre de bière ?

… Décontracté.

—  On n'a pas le temps, fit celui de Devon.

 Soudain, des bruits d'agitation se firent entendre ; dans un coin de la salle on pouvait voir une boîte en fer avec des trous percés dedans qui bougeait un peu de temps en temps.
—  Assis-toi, Kyle, fit Seko.
 Il ne s'arrêta pas de fixer la boîte en tirant la chaise, mais, quand il essaya de s'asseoir, il le fit trop vite et son bâton se prit dans le pied de la table et il tomba le visage contre la chaise.

— Voyons, on ne sert pas d'une chaise comme ça ! Railla le professeur tandis que Kyle, gêné, se mit en bonne position.
—  Hum… Commença le blond. Professeur, vous m'avez vraiment amené un boiteux qui, de plus, est maladroit.
—  Ha, mais ne le voyait pas comme un infirme. En plus pour être maladroit, Kyle, tu as dû prendre tes médicaments récemment, non ?
—  Avant-hier soir, fit-il en s'ébouriffant nerveusement.

 L'employé de Devon prit un air d'incrédulité avant de faire la moue.

—  Vous voulez dire, qu'en plus de ça, il prend des médicaments avec des effets secondaires ? Êtes-vous sûr de votre poulain ?
—  Ne vous en faites, pas il est parfait pour ce rôle ! Rassura Seko, sans trop le convaincre.
—  Hum… Parlons des conditions du travail, dit le blond avant de pointer le regard vers Kyle. Tu devras m'envoyer des rapports dès que tu avanceras, tu seras aidé financièrement suffisamment pour pouvoir être optimal. Quelqu'un t'attendra au Bois Clémenti en cours de route et pour que tu puisses le reconnaître, il te dira « Peux-tu m'aider à chercher un Balignon ? ». Compris ?
- Compris, fit Kyle après avoir intégré les informations.
- Et surtout, commença le professeur en prenant la boîte de fer qui s'agita. Tu vas prendre ceci car ça fait parti du projet.

 Le jeune adulte réfléchit un instant en fixant le récipient avec perplexité.
—  … Vous voulez que j'emmène avec moi une boîte qui peut tremble toute seule.

 Un moment se silence s'ensuivit pendant lequel Mikaël regarda avec inquiétude le professeur.

—  Effet secondaire, dit tout simplement celui-ci avant de se reconcentrer sur Kyle. Je veux plutôt que tu emmènes avec toi ce qu'il y a à l'intérieur.

  Puis il ouvrit la boîte et un petit Pokémon reptile en sortit immédiatement en se tenant droit face aux trois hommes. Il était vert pâle sur tout une majeure partie de son corps et rouge sur le ventre ; il avait aussi une grosse queue verte comparée au reste du corps.
Kyle l'examina avec attention et surprise.

—  Je ne suis pas expert en Pokémon, affirma ce dernier. Mais je ne crois pas me tromper en disant qu'il est assez rare.
Le professeur eut un petit rire.
—  Très très rare, ajouta-t-il. C'est un Arcko. Nous te le confions, prend bien soin de lui : il fera aussi parti du projet, plus tard.
Le nouveau dresseur regardait silencieusement son Pokémon.
—  Il est capital que tu entretiennes de bonnes relations avec lui et que tu l'examines souvent, commença Seko. D'ailleurs, tu peux lui donner un surnom pour faciliter la chose.

Kyle et le Arcko se fixaient tout les deux, se jugeant.

—  Tu seras Azaël.

 Le reptile sembla comprendre et acquiesça.
 
—  Kyle, je compte sur toi pour que tu puisses remplir toutes tes missions, tu peux partir à présent, conclut Seko.

 Le dresseur attendit un peu, regardant toujours son Pokémon, puis dit d'une voix fébrile :
—  Professeur. Est-ce que ma route est tracée ?

 Mikaël sembla interloquer de la question mais l'intéressé esquissa un sourire.

—  C'est plutôt toi qui va laisser une trace en faisant ta route.

Kyle sourit aussi.

Note de l'auteur :
 
Iloufilm

avatar

Champion de Port Tempères
Champion de Port Tempères


Nature : Gentil
Exp : 361
Date de rencontre : 09/11/2014
Niveau : 22
Eau Plante
Pokédex : Aucune information.

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Ven 1 Jan 2016 - 20:57

Ca commence gentiment :3
Enfin tout est relatif x3
Judikaël

avatar

Ecrivain
Ecrivain

http://revedemay.canalblog.com


Masculin Nature : Bizarre
Exp : 192
Date de rencontre : 20/11/2013
Electrique Fée
Habitat : A TON AVIS (ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Ven 1 Jan 2016 - 22:26

BOUCHAKA, LA SUITE WSH
En dehors de ça, j'ai bien aimé, le personnage a l'air intéressant et original, avec son frangin. La scène avec Seko est assez sobre, ça manque d'informations, mais j’imagine que tu tiens à ton mystère sur cette histoire, et c'est cool aussi. Fais gaffe aux fautes d'accord j'en ai vu deux trois, mais franchement je suis mal placé pour critiquer ce genre de trucs, alors roulez jeunesse o/

_________________

Aishiteru Dedenne-Sama! , Le voilà (ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧ http://nuzlocke-france.forumgratuit.org/t995-aishiteru-dedenne-sama#32297



Kad

avatar

Champion de Relifac-le-Haut
Champion de Relifac-le-Haut


Nature : Hardi
Exp : 125
Date de rencontre : 10/10/2015
Niveau : 906
Normal Psy
Pokédex : Nature sarcastique parce qu'il y est pas bordel.

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Sam 2 Jan 2016 - 20:42

Je suis vraiment pas fan de la 3G,vraiment mais je me suis laissé tenté o/.
Ca se laisse lire sans problème, juste quelques oublis de mots parfois, rien de grandement dérangeant.
Je ne saurais dire si c'est ce personnage aux dépendances multiples, l'utilisation d'une ville de la 2G en intro ou même qu'on parle de musique dans un Nuzlocke ! ( Bordel. Du piano. SOL DO MI. MDR ). Mais le prologue a une jolie touche descriptive et fluide que j'apprécie beaucoup. Que je retrouve moins dans ce début d'épopée et moins "fluide", ce n'est qu'un début après tout alors je suivrai jusqu'à la fin o/
Fùinèt

avatar

Champion
Champion


Masculin Nature : Timide
Exp : 166
Date de rencontre : 24/12/2013
Niveau : 18
Spectre Aucun

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Mar 13 Sep 2016 - 22:05

Tu sais que tu as déconné sur le temps d'écriture quand tu déplaces toi-même ton Nuzlocke de inachevé à actif. Bref, je souhaite annoncer que je suis dans une période ma vie stable, et que donc ce Nuzlocke se verra souvent attribué de nouveaux chapitres. Merci pour les commentaires plus haut. Et maintenant, la suite que personne n'attendait :


Chapitre 2 : Recherche de la fille rouge :


    Dès que Kyle fut sorti du laboratoire, il se dirigea vers la route 101 sans plus s'attarder dans le village en s'aidant de son bâton. Azaël, qui ne devait pas trop savoir ce qu'il faisait là, le suivait à la trace.

— J'espère que tu n'es pas faible, dit le nouveau dresseur à son Pokémon. Je ne veux pas d'un faible à mes côtés, cela me ralentirait.

    Cette phrase sembla réveiller un certain intérêt chez le Arcko et, voulant sûrement prouver sa valeur, augmenta sa cadence de marche, prépara une attaque de mêlée et bondit sur son dresseur. Celui-ci, sans même se retourner, déjoua l'attaque en dégageant le reptile avec son bâton, le faisant retomber au sol.
— Si tu veux attaquer par derrière, fait en sorte que ce ne soit pas évident, lança simplement Kyle.
  Le petit Pokémon se releva et fit un grognement semblable à un acquiescement.
Ils arrivèrent rapidement à la sortie du village, là où attendait Mélo. Celui-ci était assis en tailleur à quelques pas d'un quadrupède aux couleurs marrons qui mangeait goulûment une baie fraive ; l'enfant le fixait d'un air rêveur sans même s'apercevoir que son frère arrivait.
  Quand Kyle se rapprocha, le Zigzaton le regarda avec des yeux de stupeur et fuit rapidement en abandonnant sa nourriture.
Mélo ne semblait pas avoir tout de suite compris pourquoi le Pokémon était parti puis remarqua la présence de son frère.
— Tu l'as fait fuir ! Gronda-t-il.
 Kyle sourit et montra de son bâton le Arcko.
— Mais je t'en ai ramené un autre.
 Les yeux de l'enfant s'écarquillèrent à la vue de ce Pokémon qu'il ne connaissait pas.
— Il est rare, non ? Demanda-t-il sans quitter des yeux le reptile.
— Probablement, répondit le grand en haussant les épaules. Par contre, le professeur n'avait plus de Pokéball et m'a dit que c'est sa fille qui les avait prises. Elle est sur la route 103, après Rosyères.
— Allons-y sans plus attendre alors, j'ai hâte de voir tout les Pokémon que tu vas attraper.
Kyle sourit et se mit à claudiquer vers le nord tandis que le Arcko le regardait avec un air d'incompréhension la plus totale.


_________________________________



  Rosyères était un vieux village tranquille de bûcherons qui n'avait pas tellement changé depuis que Kyle l'avait vu il y a de cela plus de dix ans. Il était constitué d'une vingtaine de maison toute en bois, d'un centre Pokémon qui faisait aussi office d'auberge, d'une supérette et d'une odeur constante de sciure de bois.
 Vu que le nouveau dresseur habitait avant Clementi-ville, il allait souvent à Rosyères seul ou accompagné de sa famille. Il se souvint notamment de ce grand feu fait en périphérie du village à l'occasion du Nouvel An ; Humains et Pokémon se regroupaient pour apprécier la chaleur d'une si grande flamme.
  Kyle soupira à l'évocation de ces souvenirs. « Le passé doit rester dans le passé... » pensa-t-il avant de traverser le village aussi vite que possible, Mélo et Azaël le précédant. Dans sa hâte, il regardait plusieurs fois tout autour de lui pour essayer de voir s'il reconnaissait un visage familier ; non pas qu'il avait envie d'en voir un, au contraire il ne voulait pas que quelqu'un l'ayant vu plus petit se rende compte de ce que le jeune homme était advenu.
    Une fois tout au nord du village, c'est-à-dire à la frontière entre Rosyères et la route 103, Mélo, qui s'était fait discret sur le chemin, accéléra le pas pour se trouver devant son frère et tourna légèrement la tête vers lui, faisant arrêter le groupe.
— Souvenirs souvenirs, n'est-ce pas ? Demanda-t-il d'un air neutre.
— Ouaip, répondit Kyle en regardant le village par dessus son épaule. L'endroit a mal vieilli je trouve, je pensais que cela se serait modernisé mais il n'en est rien, c'est toujours pareil.
— Rosyères n'a jamais été un village très riche et plus personne ne veut habiter ici, normal que ça n'ai pas changé. Mais passons, ajouta-t-il avant de reporter son attention sur le paysage forestier qui s'offrait à lui. Pendant que tu iras chercher la fille du professeur, je vais voir s'il y a un endroit sympathique à l'ombre des arbres où on pourrait s'installer manger après, puisque j'imagine que tu préféreras manger dehors, hum ?

   Kyle acquiesça de la tête avant de reprendre son chemin. Azaël le regardait fixement et son visage semblait montrer l'incompréhension la plus totale.
— Je t'expliquerai plus tard, je pense que si je te dis tout maintenant tu risques de mal comprendre, rassura son dresseur en essayant d'imiter un sourire, mais ça ressemblait plus à une grimace faite par une personne n'ayant plus de dents.

 Si cet endroit avait eu le nom de « route » fut un temps, c'est parce qu'il y avait eu un sentier entre les arbres reliant Rosyères et les embarcations permettant de traverser la bande d'eau qui séparait cette terre de celle de la Route 110. Mais à présent il y régnait un calme absolu et les racines des arbres avaient envahi le sentier qui était à peine visible sous l'ombre créée par ces immenses arbres qui avaient poussé au fil du temps. Les habitants de Rosyères ne pouvaient pas couper le bois d'ici car cela risquerait de troubler les Pokémon s'étant installés ici.

   Après presque un kilomètre parcouru par Kyle - rendu difficile à faire quand on devait marcher maladroitement avec un bâton qui se bloquait entre des racines tortureuses et espiègles, le tout avec un reptile vert se narguant de vous en se déplaçant d'arbre en arbre -, il s'arrêta en entendant le rire moqueur des Goélise, puis vit la mince bande de mer et plus loin des lignes vertes fendant le ciel devant être les arbres de la Route 110. Le dresseur pu voir que, tristement, il n'y avait aucunes barques en circulation, elles étaient toutes attachés au ponton de fortune qui avait des planches menaçant de tomber dans l'eau.
   Tandis qu'il se remémorait la fois où il avait traversé tout cela à la nage en pleine pluie, un bruit autre que les Goélise se fit nettement entendre d'entre des buissons près d'Azaël, ce dernier recula avant d'apercevoir que les feuilles des buissons bougeaient non naturellement. Il se mit en position de combat juste avant qu'une forme orange bondisse et prenne place devant lui. C'était un petit volatile au duvet orange, il avait aussi pour son corps une tête énorme surmontée d'une crête plus vive. Il semblait assez jeune et ses membres supérieurs n'avaient pas encore bien poussé. Il regarda le Arcko puis Kyle en penchant sa grosse tête, l'air complètement perdu.

    Azaël détermina que ce n'était pas une menace potentielle et décontracta ses membres tandis que Kyle observait le poussin en prenant exactement la même position que lui.
— Poussifeu ?! Tu es parti par où ? Fit une voix féminine venant de derrière une série d'arbres.
 Le petit volatile, à l'entente de cette phrase, bondit tout en pépiant de joie.
— Ha, tu es par là ! Fit à nouveau la voix, suivie par des bruits de pas.
  Soudain, une silhouette surgit d'un espace sombre et se prit le bas du corps dans des racines, tombant lourdement au sol. Le 'Poussifeu' courut en poussant de petits cris aiguës vers le corps qui était resté face contre sol, trouvant un certain réconfort avec l'herbe après sa chute maladroite. La silhouette se releva sur ses genoux et Kyle put voir que c'était une jeune femme en pleine adolescence portant des vêtements de cycliste et un bandana aux couleurs majoritairement rouges et blancs. Elle se rendit compte qu'il y avait un homme qui l'observait les yeux grand ouverts par ce qu'il venait de voir et fit un bond pour se mettre bien en place sur ses deux pieds.
— Heu… Bonjour, fit-elle en rougissant tandis que son Pokémon tournait autour d'elle.
— Flora Seko ? Demanda Kyle en levant un sourcil.
 Elle fit un air étonné avant d'acquiescer.
— Je travaille pour ton père, j'ai besoin de Pokéball mais il paraît que tu as les dernières, tu peux m'en donner ?
— B-bien sûr ! Lança-t-elle avant de fouiller dans sa sacoche.
  Quand elle en sortit cinq sphères rouges et blanches, elle remarqua le reptile vert assis au pied de Kyle et ses yeux devinrent étincelants.
— Ho ! Mon père t'a donné un Pokémon à toi aussi ? Ça te dirait un petit combat amical ?
 À l'entente de ces mots, Azaël se releva.
— Hum… D'accord, fit son dresseur en prenant les Pokéball.

    Ils se mirent tous à une distance respectable, préparant ce qui allait l'être un lieu d'affrontement. Un silence sans que rien, pas même les Goélise, ne vienne le perturber s'installa sur le terrain de combat improvisé. Azaël était en position de combat et dévisageait son adversaire qui se contentait de picorer vivement le sol.
— Poussifeu, lance de la terre ! Lança Flora avant que son Pokémon ne prenne un morceau d'humus entre ses serres et le lança sur le reptile.
 Ce dernier mit ses pattes supérieurs pour protéger ses yeux, le poussin en profita pour bondir sur lui et lui asséner un coup de bec sur le haut de son crâne ; le reptile lâcha un petit bruit avant de placer un coup de genou sur le flanc gauche de son adversaire, il continua avec un coup de poing sur la figure. Le Poussifeu recula en faisant de petits bonds et le Arcko sauta sur lui, mais le volatile le prit entre une de ces serres et le projeta contre le sol avant de lui envoyer un autre tas d'humus ; Azaël resta un court moment sur le sol et son dresseur se demanda si tout allait bien, mais soudainement il tournoya sur lui-même et frappa en pleine tête le poussin avec sa queue, celui-ci perdit vaguement l'équilibre, hébété par le coup qu'il venait de prendre.
— Je pense que ça suffit pour un combat amical, dit Kyle.
— Oui, d'accord, répondit Flora avant de prendre son Pokémon dans les bras et de lui caresser sa crête. Au fait, tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais.
— Kyle, répondit simplement celui-ci en s'accroupissant tant bien que mal à l'aide de son bâton au dessus d'Azaël qui était genoux au sol.
  Son interlocutrice se mit à réfléchir à l'entente de son prénom.
— Un dénommé Kyle qui vit ou vivait par ici, ça me rappelle quelque chose mais je ne sais plus exactement quoi…
  L'homme arrêta tout mouvement, penché au dessus de son Pokémon, le visage caché par ses cheveux, tandis que son coeur accélérait et que ses yeux s'ouvrirent en grand
— Une coïncidence, je viens de Johto, lança-t-il en reprenant un air calme.
— Ho, Johto ? Qu'est-ce que tu viens faire ici ?
— Hum… Ce que j'ai envie d'accomplir ne peut être fait qu'ici.

   Cette réponse évasive interpella Flora mais celle-ci se contenta de lui souhaiter bonne chance et de dire qu'elle retournait au laboratoire avant de partir vers le nord.
— C'est de l'autre côté Bourg-en-Vol, lança Kyle.
— Ho, m-merci ! Fit-elle en tournant les talons, les joues en feu.

 Une fois qu'elle fut suffisamment éloignée, le dresseur examina son Pokémon pour voir s'il a été blessé ou autre.
— En tout cas, tu as bien combattu, glissa-t-il en levant sa patte supérieur droite.
— En effet, j'ai bien aimé le combat ! Lança une voix d'enfant à proximité.
 Le visage de Kyle prit un air de consternation avant de lever les yeux vers un arbre. Sur une de ces branches, il y avait le corps de Mélo qui souriant ; celui-ci avait la fâcheuse habitude d'observer sans que Kyle ne s'en rend compte.
— Si je peux me permettre… Commença à dire le garçon. Cette rencontre avec cette fille n'était pas dû au hasard.
 Son frère leva un sourcil.
— Vois-tu, c'est une bien belle coïncidence que, quand tu as besoin de Pokéball, les dernières soient prises par elle juste quand tu arrives, continua-t-il. Je pense que de toute façon tu aurais dû la rencontrer, d'une façon ou d'une autre. C'est le destin, en somme. De plus, ça ne m'étonnerait pas que tu la revoies encore…
— Tu es un gamin, donc contentes-toi de dire des trucs de gamin, répondit Kyle après un certain temps.
— Mais voyons, vu que je suis un petit enfant, tout ce qui sort de ma bouche sont les dires d'un petit enfant, fit Mélo en haussant les épaules avec un sourire narquois.
 Le plus grand soupira avant de se reconcentrer sur Azaël.
— Tu n'as pas de blessures, mais je vais quand même te faire te reposer en mangeant à l'auberge du village, conclut-il avant de tendre la main à son Pokémon.
 Ce dernier attendit un court instant avant de grimper dessus et de s'asseoir sur l'épaule de son dresseur ; celui-ci sourit et se leva en s'aidant de son bâton.

  Toujours assis sur sa branche, Mélo ne put qu'être satisfait de ce qu'il voyait, lui qui avait eu peur que son frère ait une mauvaise relation avec ses Pokémon.
— Hé ! cria-t-il à son frère.
— Hum ? Fit-il en se retournant mollement.
— Je pense que tu arriveras à le faire. Après tout, c'est le destin qui t'a permis d'avoir un travail juste à l'endroit où tu voulais aller.
 Les deux émirent un sourire complice avant de se remettre en route.

Remerciements à Henumi pour la bêta-lecture

Note de l'auteur:
 
Iloufilm

avatar

Champion de Port Tempères
Champion de Port Tempères


Nature : Gentil
Exp : 361
Date de rencontre : 09/11/2014
Niveau : 22
Eau Plante
Pokédex : Aucune information.

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Mar 13 Sep 2016 - 23:46

Bon retour parmi nous ^^

Et honnêtement prend ton temps pour écrire owo

Sinon coté écriture, eh bien c'est un chapitre assez calme...c'est plutôt reposant.
Fùinèt

avatar

Champion
Champion


Masculin Nature : Timide
Exp : 166
Date de rencontre : 24/12/2013
Niveau : 18
Spectre Aucun

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Dim 25 Sep 2016 - 19:52

Je prends mon temps. Pas tout à fait sûr mais on va dire ça.

Chapitre 3 : Santé rouge :

   L'atmosphère qui régnait sur la Route 102, à l'ouest de Rosyères, était si agréable. La brise du midi se faufilait entre les troncs d'arbres pour vous caresser doucement la joue sans jamais cesser ; quelque fois elle devenait un peu plus forte et faisait légèrement vibrer vos cheveux. Si l'on tendait l'oreille, le clapotis d'une rivière lointaine, dont l'eau léchait passionnément les végétaux et minéraux à portée, se faisait entendre. Une odeur citronnée parvenait des arbres alentours.

— Kyle ?
  C'était la voix de Mélo, elle semblait venir d'un autre monde aux oreilles de son frère qui était adossé contre un arbre, les yeux clos. Il ne put lâcher qu'un son qui semblait vaguement être un « Hum? »
— Si on résume ce qui s'est passé la veille et ce matin, on peut dire que tu as demandé en défi tout les dresseurs passant par cette route et même certains Pokémon sauvages, que tu as capturé un Pokémon et que toi et ton équipe vous êtes bien reposés…
  Kyle se relata les événements pour vérifier ces dires.
— En effet, répondit finalement celui-ci.
— Donc, je me demandais… Reprit Mélo tout de suite après. Qu'est-ce que tu fais sous cette arbre alors que tu devrais être à Clémenti-Ville petit fainéant ?
  À ces mots, l'intéressé ouvrit immédiatement les yeux, puis les baissa. Il y avait sur sa jambe droite un Pokémon insectoïde parsemé de pics, son corps était tout en long, sa partie supérieure était rouge et sa partie inférieure blanche. C'était un Chenipotte que Kyle avait capturé tôt ce matin, il flânait sur le tronc d'un arbre ; il regardait à présent son dresseur de ses yeux jaunes vides de sens. Personne ne savait s'il comprenait vraiment le langage humain, ni même s'il comprenait ce qu'il lui arrivait, mais quand il fallait se battre il le faisait donc cela allait.
  Azaël était allongé sur un tapis d'herbes à gauche de Kyle et ne bougeait pas. Quant à Mélo, il était sur la branche d'un arbre situé en face de son frère.
— Est-ce que c'est parce que tu as peur d'être confronté à Père ? Demanda-t-il en le regardant de toute sa hauteur.
  Kyle resta silencieux et commença à fixer du regard Bahal, le Chenipotte.
— Tu sais, tu peux l'éviter, fit Mélo face à ce silence.
— Non, cela serait fuir, répondit-il finalement. Ma rencontre avec lui est inévitable de toute façon. Et tu as raison, je n'ai plus rien à faire ici, on va y aller dès maintenant.
  Il tendit son bras à Bahal, qui rampa dessus sans dévier le regard de son dresseur qui se mit debout à l'aide de son bâton, non sans une douleur à sa jambe gauche. Il réveilla ensuite Azaël en lui collant le bout de son bâton sur le visage, le Pokémon se mit immédiatement debout tout en se demandant ce qui pouvait l'attaquer.

  La traversée de la Route 102 se fit sans problèmes, de plus le groupe l'avait déjà entamée. Le chemin vers la sortie était facilement visible et il n'y avait aucuns arbres ou racines pour l'obstruer. Au bout d'une poignée de minutes, ils arrivèrent à une sorte de goulot fait en arbres situés très proches les uns des autres. C'était en fait une sorte de porte entre cette route et Clémenti-Ville, il n'y avait rien d'autre qui pouvait faire penser qu'on passait d'une forêt à une ville à part un panneau en bois quelque peu caché par le feuillage ambiant.
  Kyle soupira longuement quand il passa le goulot. Il venait de rentrer après plusieurs années d'absences dans la ville qui l'avait vu grandir ; il souhaita très fort que personne ne le reconnaitrait. Cet endroit était assez spécial car malgré sa population plus élevé que la moyenne, la modernisation  ne l'avait pas touché et ainsi l'on pouvait apercevoir une quantité impressionnante d'arbres et qu'il n'y avait pas un seul mètre carré de pavé.
  Vu qu'ils étaient en périphérie, le groupe ne voyait que quelque habitations en bois qui semblait être perdues au milieu de toute cette verdure. Ils marchèrent à l'ombre des arbres jusqu'à passer devant l'endroit où se concentrer la plupart des commerces ; Kyle baissa la tête en tentant de cacher son visage avec ses cheveux quand il vu les enseignes de son enfance comme Tamita le marchand d'herbes sauvages ou Touk le confiseur. Bien heureusement, il ne croisa personne de sa connaissance, peu d'habitants arpentaient les rues vu qu'il devait être aux alentours de midi.
  Après avoir suivi les panneaux indiquant où se trouvait l'Arène, ils arrivèrent sur une sorte de place, les arbres se faisaient plus rare, les habitations plus grandes et luxueuses et une odeur de mer se faisait vaguement ressentir. À leur gauche, il y avait un dojo assez vaste en bois sombre avec sur le dessus de l'entrée un panneau en bois où était peint en blanc les inscriptions « Arène de type Normal de Clémenti-Ville ». Il y avait devant l'Arène un petit jardin avec des fleurs uniquement blanches, délimité par pierres rondes. L'on pouvait apercevoir un lac entre quelques arbres situé un peu plus loin.
— Nous y voilà, fit Mélo qui avait les mains derrière la tête en regardant la grand bâtisse.
— En effet, répondit son frère. Si tu pouvais ne pas écouter ce qu'il se dira à l'intérieur, cela serait bien.
— Si le ton monte, je ne pourrai pas faire abstraction… Prévint-il avant de se diriger vers les côtés de l'Arène.

    Kyle s'excusa auprès de ses Pokémon avant des les envoyer dans leurs Pokéball. Il resta ensuite là, presque une minute entière, sans bouger, en regardant la bâtisse en bois avant de se décider de traverser d'un pas lourd le jardin et son odeur particulièrement enivrante. La porte coulissante du 'dojo' était ouverte, donc le dresseur n'eut juste qu'à entrer. La première pièce semblait être une salle d'accueil où il y régnait une très forte luminosité. Il y avait sur le côté gauche des tables basses avec des coussins autour et sur le côté droit un aménagement où l'on pouvait se servir du thé ; deux personnes discutaient d'ailleurs à cet endroit avec une tasse entre leurs mains. L'un d'eux, d'une quarantaine d'années, habillé comme s'il allait partir faire du sport - mais en geta -, remarqua la personne qui venait d'arriver. Kyle le reconnut immédiatement comme étant son père, même si son front commençait à se dégarnir et qu'il ne l'avait jamais vu avec ces habits-là.
— Salutations monsieur, dit-il poliment. L'Arène vient d'ouvrir donc si vous pouvez pat… Ho.
  Il venait sûrement de se rendre compte, après vérification, que c'était son fils qui se tenait sur la pas de la porte.
— Voilà que je ne reconnais même plus mon propre fils, se reprit-il d'un ton calme.
  Son acolyte à côté de lui avala de travers son thé et regarda l'un après l'autre les deux personnes, il  était visiblement assez surpris de voir que son ami Norman avait un fils. Il posa sa tasse et disparu du champ de vision de Kyle, il ne savait pas trop où il était parti et il s'en fichait un peu. Tout ce qu'il lui importait était de regarder calmement son géniteur. Un air lourd s'était immiscer dans la salle.
— Je ne sais pas ce qui s'est passé dans la tête du professeur Seko... dit Norman en brisant le silence. Mais arrête de travailler immédiatement pour lui, c'est complètement insensé !
   Kyle s'avança de quelque pas, faisant frotter son bâton sur le parquet. Il se sentait mal au niveau de la partie supérieure de son corps, il ne savait pas si cela était dû à ses sentiments où à son corps, mais cela lui faisait quand même une impression de brûlure au niveau des poumons.
— Enfin, regarde ton état ! Lança son père en désignant de son bras sa jambe souffrante. Tu ne peux même pas courir ! Sans parler du fait que ta santé est déviante, que tu dois prendre des médicaments et que tu as de l'alcool dans ta sacoche !
— Tu n'as jamais eu confiance en mes capacités, répondit simplement Kyle. Je pensais que ça allait s'arrangeait une fois que je serais adulte… Mais non.
  Norman eut une expiration d'air plus forte qu'il n'aurait normalement dû avoir.
— Comment avoir confiance à un homme qui ressemble à un mendiant, avec sa canne, son haleine et sa barbe négligées.
 Le fils se l'avoua mentalement, il ne s'attendait pas à cette pique, surtout qu'il ne s'était pas rendu compte que sa barbe avait tant poussée pour être l'objet d'une raillerie.
— Je te propose quelque chose, répondit-il enfin. Dans quelques mois, je reviendrai ici, je battrai ton équipe la plus puissante et tu devras t'excuser.
   Les yeux de son père trahirent sa surprise. Il allait répondre quelque chose mais il fut coupé par une voix enfantine de derrière Kyle.
— Heu… Excusez-moi ?
  Il se retourna et vit un jeune adolescent aux cheveux verts, ses yeux bleu-gris regardaient plutôt vers la direction du Champion d'Arène qui s'était calmé.
— Qu'est-ce qu'il y a Timmy ? Demanda ce dernier en se retournant pour prendre une tasse de thé.
— Et bien… J'aurai besoin d'aide pour pouvoir capturer un Pokémon.
 Kyle leva les yeux au ciel tandis que son géniteur prit une gorgée de son breuvage.
— Pourquoi tu ne le fais pas seul  ? Fit le jeune homme en insistant sur le dernier mot.
 Le garçon regarda de ses grands yeux la personne qu'il n'avait jamais vu auparavant et qui donc ne devait pas être au courant pour son état.
— À cause de mes problèmes… Respiratoires, commença-t-il. J'ai peur de faire un malaise à cause d'un... Pokémon sauvage.
  Kyle eut un soupir. Il se dirigea vers la sortie, se disant qu'il n'avait plus rien à faire ici. Il en profita pour glisser quelques mots à l'oreille de l'adolescent.
— Problèmes respiratoires ? Ce n'est rien
 Mais la voix impérial de son père le retint alors qu'il s'apprêtait à passer la porte.
— Kyle. Je sais que la mort de Mélo t'a beaucoup affecté, mais ce n'est pas une raison pour t'autodétruire.
   Il s'arrêta. Littéralement. Il avait lâcher prise sur son bâton qui était tombé. Sa respiration avait cesser. Ses yeux surpris regardaient le sol sans vraiment le regarder. Son père venait-il vraiment d'évoquer le prénom de Mélo ?
  Il se retourna lentement et, sans l'aide de son bâton, se dirigea vers son géniteur qui avait posé sa tasse. Son pas très lourd brisait régulièrement le silence de la salle pendant qu'il parcourait les derniers mètres le séparant du Champion d'Arène. Sa douleur aux poumons ne faisait que s'accroître.
— Écoute-moi… Chuchota-t-il, ses cheveux cachant ses yeux. Je ne sais pas ce que je serais devenu sans sa mort, mais je suis sûr qu'elle m'a rendu meilleur et m'a beaucoup aidé dans ma vie.
 Puis il émit un très léger rire gêné.
— Comment oses-tu… Fit son père en serrant les dents, ne trouvant rien à dire de plus.
  Kyle repartit lourdement vers la sortie, il se sentait vraiment mal, autant physiquement que mentalement. Sa respiration faisait l'effet d'un râle. Il prit maladroitement son bâton que Timmy avait ramassé tandis qu'il entendit une porte de l'Arène se fermait avec un peu plus de force que nécessaire. Il regagna l'extérieur et traversa le jardin sans le sentir, le Soleil lui brûlant la peau.
— Et… Heu… Ok... Fit une voix d'adolescent qui ne comprenait pas grand chose derrière lui.

 La vue du dresseur se brouilla légèrement et sa chaleur corporelle grimpa d'un coup. Il se tenait maintenant à deux mains sur son bâton tandis qu'il essayait de marcher chaotiquement vers un arbre. Ce qu'il avait pris pour des sentiments néfastes était en fait sa santé qui lui faisait comprendre qu'il n'avait pas le dessus sur son corps.
— Kyle ! Lança la voix de son frère. Je n'ai rien entendu et… Est-ce que ça va ?
Avant d'atteindre l'arbre, il déversa difficilement sur l'herbe un liquide rouge. Quand il eut fini, il s'adossa contre l'arbre. La bouche ensanglantée, il respira brutalement tandis que des gouttes tombaient encore.
— Ok… Fit Mélo en regardant la flaque rouge vif. Pas de quoi s'inquiéter, ça doit faire un peu moins de 100mL de sang. Tu as de l'eau ?
 Kyle croisa son regard et acquiesça de la tête. Ses douleurs avaient disparu, sa chaleur corporelle revenait peu à peu à la normale et ses yeux n'étaient maintenant brouillés que par quelques larmes. Il s'essuya les yeux et la bouche en sortant de sa sacoche une gourde d'eau tandis qu'il regardait d'un œil absent son frère aîné.
  Car en effet, l'enfant d'à peine onze ans qui se trouvait devant lui était en fait son grand frère, mort il y a douze ans.


Merci à Henumi pour la bêta-lecture

Note de l'auteur:
 
Yunlihn

avatar

Fondateur
Fondateur

http://nuzlocke-france.forumgratuit.org


Masculin Nature : Solo
Exp : 537
Date de rencontre : 05/02/2012
Niveau : 30
Feu Psy
Habitat : Inconnu
Pokédex : Détenant une immense Chance, cet être peut accorder celle-ci aux mortels. Généralement sur un caprice, cela dit.

Message() Sujet: Re: À la poursuite du malheur Mer 14 Déc 2016 - 13:05

Ce sujet a été déplacé en raison d'inactivité. Merci de contacter un modérateur ou administrateur par Message Privé si vous désirez le reprendre.
 
À la poursuite du malheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À la poursuite du malheur
» [ZONE ELITE] La Fissure du Malheur (PROPH / FAC / NF)
» Comic Marvel n°2 : Course-poursuite infernale
» tout le malheur du monde est sur moi help (VATSIM)
» Course Poursuite mais pas dans la jungle =p

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nuzlocke France :: Kalos : tous en Nuzlocke ! :: Nuzlockes écrits :: Nuzlockes inachevés et inactifs-