Partagez | 
 

 [FINI] Pokémon Yellow Reborn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Sam 10 Jan 2015 - 17:31

Ça y est, la fin approche, le dénouement aussi... Ce prochain chapitre vous apprendra la vérité sur les plans diaboliques du chef Rocket... Mais à quel prix ?


Chapitre 41




Je n'ai jamais vécu de tremblement de terre avant celui-là. Tout autour de nous tremble, s'agite, oscille ou tombe.
Pépé déboule dans la chambre, tire la couverture qui recouvre son petit fils et tente de le sortir du lit.
- Réveille-toi Nat ! Il faut partir tout de suite ! Nat, tu m'entends ?
Mon grand père hurle, secoue son petit fils. Celui-ci semble reprendre quelque peu conscience, assez pour se tenir sur ses jambes.
- Il faut qu'on parte, allez, suis-moi !
Nat ne peut que suivre notre grand père dans le bâtiment qui continue de trembler.
Soudain, les secousses s'arrêtent. Je soupire, rassuré, mais pépé est toujours en état d'alerte. Quelqu'un ouvre la porte du labo à la volée en s'écriant :
- Professeur ! La mer descend !
Je reconnais un des assistants de mon grand père. Celui ci ouvre grand les yeux et s'exclame :
- C'est mauvais signe ! Dis à tout le monde d'évacuer les lieux ! Pas le temps de prendre des affaires, sors juste les gens de leur maison et emmène les sur la route 1 le plus vite possible !
Nat semble reprendre peu à peu conscience du monde qui l'entoure. Il regarde sans comprendre son grand père vociférer, tourne la tête et pose les yeux sur les affaires éparpillées partout dans la pièce. Puis pépé le tire sans ménagement à sa suite et il tente de son mieux de suivre la cadence. Je les suis en trottinant, sans même comprendre ce qu'il se passe.
Dehors, les gens sont sortis de leur maison et pointent du doigt la mer qui s'échappe à vue d’œil. C'est la première fois que pareil phénomène se produit. Pépé leur ordonne de suivre les dresseurs sur la route 1 et d'aller le plus loin possible. Certaines personnes tentent de faire une valise à la hâte, mais le vieux scientifique les enguirlande tant et si bien qu'elles abandonnent leurs affaires et courent à la suite des dresseurs qui se frayent un chemin dans les hautes herbes. Nous les suivons, et j'ai alors la surprise de ressentir des émotions qui ne sont pas les miennes. Je jette un coup d’œil à Nat et constate que les yeux de celui-ci sont bien ouverts. Plus que de la peur, c'est de l'incompréhension que je distingue, ainsi qu'une pointe de tristesse.


*


Nat a perdu son frère. À présent, c'est sa maison qu'il a perdue.
Pépé n'avait pas eu tort d'avoir poussé tout le monde à fuir le village. Le tremblement de terre provenait de Cramois'ile, cet îlot volcanique qui pointe à l'horizon au beau milieu de la mer. Mais ce n'est pas le volcan qui a provoqué le séisme, mais l'explosion violente du laboratoire. Le séisme a alors provoqué un tsunami, une vague gigantesque qui s'est abattue sur toutes les terres alentours. Si les îles écumes ont été totalement submergées, Parmanie a vu certains de ses bâtiments inondés. Quant à Bourg Palette, il a été totalement rasé. La puissance de la vague qui s'est abattue là a tout détruit et n'a laissé que quelques ruines. Mais, grâce à pépé, personne n'est mort.
Nat constate les dégâts, l’œil vide. Il a du mal à se rendre compte du drame. Moi aussi d'ailleurs, ainsi que tous les habitants qui ont eu le courage de venir jusqu'ici. À peine 12h auparavant se dressait un village. À présent, il ne reste qu'une terre inondée et désolée. Horrible.
- Je n'ai vraiment plus rien, Ethan.
Ah, grand progrès : mon petit cousin s'est remis à parler.
- Mon frère, ma maison... je n'ai presque plus rien. Mais qu'est-ce qu'il s'est passé là-bas ? Pourquoi cette explosion ?
Pépé arrive à ce moment-là et pose la main sur son épaule.
- Je suis désolé, Nat. Je sais que ce n'est pas vraiment le moment pour toi, mais j'ai besoin de ton aide.
Le blondinet se retourne, alerte.
- Des gens ont survécu là-bas, mais n'ont aucun moyen de rallier la terre ferme. Il faudrait que tu les aide. Tu as ton dracaufeu, cela devrait être facile. Eux non plus n'ont plus de maison, et ils risquent de mourir à tout moment.
Le garçon fronce les sourcils, sans comprendre.
- Je croyais qu'ils avaient survécu à l'explosion ? Que pourrait-il se passer d'autre ?
- Le volcan... Tout montre qu'il s'est réveillé. Il pourrait entrer en éruption à tout moment. C'est pour cela qu'il n'y a pas une minute à perdre, Nat. J'ai appelé les autorités, mais elles sont en sous-effectif à cause des dégâts de la vague à Parmanie. Et comme il y a moins à sauver à Cramois'ile que dans cette grande ville...
Son regard se fait dur comme la roche. Lui non plus n'adhère pas à cette mentalité.
Nat acquiesce doucement, fait sortir Marco de sa ball et grimpe dessus. Je m'apprête à sauter sur le dragon à sa suite, mais quelque chose m'en empêche.
Mon cœur. Il semble s'emballer, pour une raison inconnue. Je me plaque au sol en piaillant. La douleur est intense. Une crise cardiaque ! C'est vraiment pas le moment !
Je ne dois pas mourir ! Nat a besoin de moi ! Je ne veux pas mourir, je ne peux pas !
Je tente de résister à cette crise, griffe le sol comme pour me maintenir en vie.
Et, tout aussi rapidement qu'elle est venue, la douleur s'estompe.
Je reste collé au sol, essoufflé. Mais qu'est-ce que c'était ?
Un rejet. Le corps est en train de rejeter l'âme afin de retrouver son âme initiale. Il ne te reste presque plus de temps.
Son âme initiale ? Mais où peut-elle être ? Tous les fantômes ont disparu, elle ne peut pas avoir survécu !
Et pourquoi ai-je pensé au rejet ?
J'essaie de comprendre tandis que pépé se penche sur moi, interdit. Il ne comprend pas plus que moi la raison de la crise. Je finis par me relever avec peine. J'ai l'impression que mon corps a été roué de coups. Raide, j'escalade Marco et Nat m'attrape et me maintient dans ses bras.
- Tiens bon, Ethan, fait-il. Reste avec moi. Je ne supporterais pas de te perdre. Reste avec moi.
T'inquiète gamin, je ne vais pas clamser aussi facilement. Laisse-moi juste le temps de me remettre. Mais ne tardons pas de trop quand même, j'ai idée que ce n'est que le début.


*


Cramois'ile est dévastée, mais pas de la même manière que Bourg Palette. Les bâtiments, s'ils n'ont pas été soufflés par l'explosion, sont en flammes. Marco est obligé de raser la surface de la mer pour éviter les fumées toxiques qui s'en échappent. D'autres dresseurs volant sur leurs pokémon arrivent également, ainsi que quelques bateaux qui, en pleine mer, ne se sont presque pas rendus compte de la vague gigantesque.
Sur le flanc est de l'île, le grand volcan créateur de cette terre perdue au milieu des eaux se dressent, immense cheminée conique crachant de la fumée noire. Pépé a raison, il risque d'entrer en éruption. Il n'y a pas une minute à perdre si nous voulons aider les habitants survivants.
Ceux-là se sont cachés dans l'immense laboratoire scientifique construit en matériaux récents. Et si je parle des matériaux, c'est parce que Cramois'ile possède un centre de recherches sismologiques ainsi qu'un autre laboratoire dont les recherches me sont inconnues. C'est ce dernier qui semble avoir provoqué l'accident : son toit est crevé, comme si quelque chose en était sorti de l'intérieur, et les murs, enfin, ceux qui sont parvenus à rester debout, ressemblent étrangement à des feuilles de choux-fleur. Mais que s'est-il passé ici-bas ?
Marco se pose, tout près du bâtiment encore debout. Seule une de ses façades est quelque peu abîmée. Mais s'il est encore debout, ce n'est pas parce qu'il a été construit selon les normes para-sismiques, non : c'est juste qu'il se trouve de l'autre côté du volcan, à l'opposé de l'autre laboratoire qui a provoqué l'accident. L'édifice naturel a protégé l'enjeu humain... et le menace désormais de sa colère. On n'aime pas être brutalement sorti de son réveil. Ce volcan en est la preuve.
Quelque chose me revient alors en tête. Les derniers mots de James, concernant un certain Auguste, qui vivrait ici. Il nous avait dit de venir le voir. Mais est-il seulement en vie ?
Au moment où cette pensée traverse mon esprit, j'aperçois un homme, là-haut, qui escalade le volcan. Je tire la veste de Nat et lui montre ma découverte.
- Mais, il est fou ! s'exclame mon dresseur, traduisant ma pensée muette. Allons le chercher !
Et il s'élance et je n'ai plus qu'à m'agripper de toutes mes forces à son sweat.
- Attendez, monsieur ! Monsieur, n'allez pas par là, c'est dangereux ! Revenez ici, j'ai un moyen de transport pour vous rendre à l'abri !
- Il n'y a pas d'abri pour moi, jeune homme, alors laissez-moi donc en paix et allez sauver ces pauvres gens en bas !
Mais Nat le rattrape et le force à se retourner. C'est un vieil homme chauve, portant des lunettes rondes et noires et une veste blanche. Un scientifique, qui pue la fumée à plein nez.
- Laissez-moi, jeune homme, je vous ai dit. Je ne peux que vous apporter la mort.
- Mais qu'est-ce que vous racontez ?
Ce type est fou : il a dû tomber sur le tête pour dire des bêtises pareilles. Nat tire un peu plus sur la veste, qui se déchire, faisant apparaître une manche noire, un noir qu'on reconnaît aussitôt.
Un rocket.
Nat le fixe, les yeux écarquillés.
- Mais, comment ?
Pendant ce temps, le scientifique corrompu le regarde étrangement, comme s'il le reconnaissait.
- Vous me rappelez quelqu'un, jeune homme... Quelqu'un de mon organisation... Et...
Sa bouche s'ouvre de surprise en m'apercevant.
- Ho, non...
Ho non quoi ? Mais merde, tu vas parler oui ? Pourquoi tu me regarde comme ça ? Qu'est-ce que j'ai fait ?
- Un arraché. Il en reste donc encore en vie ?
Ouais, mon gars. Et il n'y a pas que moi, mate un peu le dragon.
- Vous devez être Nat, n'est-ce pas ? James m'a beaucoup parlé de vous.
En entendant parler de son frère, mon cousin se ferme aussitôt, comme pour garder enfermée sa douleur.
- Il m'a dit que vous viendriez un jour. Un bon gars, ce James. Un type qui n'a rien à faire dans la rocket. Comme moi d'ailleurs.
Il s'assoit, comme si rien que le fait d'être debout l'épuisait.
- Il faut que je vous le dise... Je le lui avais promis. Il m'avait dit également que le jour où vous viendriez, il ne serait plus là pour le faire à votre place... Est-ce le cas ?
Incapable de prononcer un mot, Nat hoche gravement la tête. Le scientifique pose la tête dans ses mains.
- Il faut que je vous le dise, mais pas ici. Suivez-moi.
Il observe les gens plus bas, mais tous sont occupés par les secours volants. Marco nous regarde partir, étonné, tout en refusant que les gens lui grimpent dessus. Je lui fais un signe de la tête, et il comprend qu'il doit rester en alerte. Ce type peut s'avérer être un ennemi. Il ne faut pas le sous-estimer, surtout à présent qu'il nous emmène à l'écart.
Nous gravissons encore plusieurs mètres sur les flancs du volcan, mais grimper au sommet n'est pas son but parce qu'il finit par rallier un chemin et le suivre pour rejoindre le labo détruit.
- Je suis le champion de cette ville, mais également un scientifique. Il y a quelques temps, la rocket m'a contacté afin que je les aide pour une expérience. J'ai accepté, dans un accès de faiblesse. Il y avait beaucoup d'argent à gagner. À l'époque, on ne pensait pas la rocket si vile, et les autorités n'étaient pas encore corrompues. J'ai accepté donc, et je m'en suis mordu les doigts. Alors que je tentais de m'enfuir, la rocket a pris ma famille en otage et m'a menacé de les découper en menus morceaux si je n'obéissais pas aux ordres. Ces ordres étaient clairs : faire de sorte que l'expérience soit une réussite, et garder le silence. Pour me montrer que ce n'était pas des paroles en l'air, un sbire m'a rapporté un doigt sanglant enfermé dans une boîte. Un doigt avec un ongle verni, celui de ma fille. Je n'ai pas eu d'autre choix que d'obéir. Ce que j'ai fait donc, corrompant mon âme dans ces sombres histoires.
Il se tait, regarde l'horizon bleu, semble perdu dans ses pensées.
- Mais alors, qu'avez vous fait donc pour la team rocket ? tente de le relancer Nat qui s'attend au pire.
- Des choses horribles. C'est moi qui suis responsable de tous ces malheurs qui arrivent.
Explique toi, bordel, au lieu de dire des conneries pareilles : qu'est-ce que t'as fait exactement ?
Mais le vieux n'est pas Giovanni, il ne peut pas me comprendre. Il reprend :
- C'est moi qui suis à l'origine de la technologie permettant de transmuter une âme dans un autre corps. Mais pas seulement. Je suis un spécialiste en génétique à l'origine. Giovanni m'a demandé de trouver un moyen de vivre plus longtemps et d'être plus puissant. Je sais que son but est de diriger le monde. Pour quelle raison ? Je l'ignore. Toujours est-il qu'il tente par tous les moyens d'allonger drastiquement sa durée de vie... Quand je dis que je suis à l'origine de la transmutation, ce n'est pas tout à fait vrai, car il la connaissait déjà. Plus j'y pense, et plus il ne me semble pas être la personne qu'il fait croire être. Enfin, il m'a demandé de rendre viable les transmutations. J'ai essayé, j'ai fait tout ce que j'ai pu, mais les sujets n'ont jamais réussi à survivre plus de quelques semaines... L'être sur ton épaule est tout simplement remarquable de ce côté-là.
Il me regarde de son regard usé par les années et le travail intellectuel.
- Giovanni a remarqué que les essais n'étaient pas concluants, alors il a essayé de trouver un autre moyen. Il a entendu parler d'une machine servant à se téléporter d'un endroit à l'autre. Cependant, le chercheur qui l'a créé s'est retrouvé dans une bien triste situation...
- Léo ! s'écrie Nat. Mais la machine ne l'a pas seulement téléporté, elle a modifié son apparence !
- S'il n'y avait que son apparence... Son ADN a muté avec celui d'un pokémon. En gros, il est devenu une chimère mi humaine mi pokémon... Giovanni a posté des sentinelles à proximité de son laboratoire, pour l'observer et voir s'il était viable... Et il l'était. Parfaitement. Au bout d'un moment, il a commencé à pouvoir utiliser des attaques, comme un pokémon. En moins puissant peut être, mais des attaques quand même, alors qu'il était mi-humain. C'est là que l'esprit de Giovanni s'est emballé. Il a tenté de voler les plans de la machine, mais cela n'a pas réussi, alors il fait voler le téléporteur raté et l'a emmené ici.
- Et ? s'impatiente Nat, même s'il devine la suite. Il s'en est servie ? Il a muté avec un pokémon ?
- En effet, mais pas avec n'importe quel pokémon. Vous connaissez la légende de la Grotte Interdite, celle qui se trouve au nord d'Azuria ?
Nat acquiesce :
- Il y aurait dedans un pokémon réputé si dangereux qu'il est interdit d'y entrer.
Le scientifique secoue gravement la tête.
- Vous ne connaissez que la partie qui a été racontée au public. La Légende raconte qu'un pokémon incroyablement puissant y aurait élu domicile. C'est vrai, mais dans un sens seulement. D'une part, il n'y a pas élu domicile, il y a été enfermé car il était si dangereux qu'il risquait de détruire des villes entières. D'autre part, il ne s'agit pas d'un vrai pokémon, mais le fruit d'un mélange génétique.
Nous le regardons, sans savoir quoi penser. Un mélange génétique ? Un faux pokémon ? Pour quoi faire ?
- Il y a 35 ans de cela environ... un scientifique est tombé sur un pokémon rarissime, unique, un pokémon légendaire, qu'il a surnommé Mew. Il était si obnubilé par sa découverte qu'il a tenté de le retrouver, et ce par tous les moyens possibles. Mais il n'a jamais réussi à la capturer. C'est un ranger, alors qu'il parcourait la forêt de jade, qui est tombé dessus. Il a tenté de l'attraper : pour cela, il a lancé une ball. Celle-ci a tapé Mew, et celui-ci, au lieu d'être attrapé, s'est esquivé en la renvoyant et il s'est enfui. C'est ainsi que l'Expérience a commencé.
Le vieil homme rajuste ses lunettes sur son nez et regarde le laboratoire détruit.
- La ball, en touchant le pokémon, a récolté des bouts de peau. C'était suffisant : dedans étaient contenus des fragments d'ADN. Un véritable trésor. Le ranger a appelé le scientifique, qui lui a acheté la ball. Aussitôt, il s'est mis au travail, s'entourant pour ce faire de tous les meilleurs scientifiques de la région. Je n'étais qu'un novice à l'époque, je venais de finir mes études, mais j'y ai pris part également. Le scientifique obnubilé par Mew était mon maître. Les recherches ont duré des années, mais le but n'était pas de créer une copie conforme de Mew. Cela était presque trop facile. Mon maître a décidé d'enrichir l'ADN en rajoutant des capacités surpuissantes d'autres pokémon, avant de favoriser le développement d'un embryon dans une éprouvette. L'embryon a grandi, grandi et, bientôt, un nouveau pokémon est né. Baptisé Mewtwo, il s'est avéré être un redoutable combattant... Le soucis étant qu'il était incontrôlable. Ce que ne nous avait pas avoué mon maître, c'était qu'il avait ajouté au mélange génétique quelques unes de ses cellules, dans l'espoir que le monstre ne soit contrôlable que de lui seul... Une folie. Mon maître était quelqu'un d'instable, qui agissait au quart de tour, impulsif donc, et colérique. Le pokémon a hérité de ces traits de caractère et a commencé par se rebiffer. Pour finir, il a utilisé ses pouvoirs si puissants sur son créateur et l'a tué. Le pokémon ne voulait qu'une chose : sa liberté. Il n'aurait jamais dû voir le jour, on aurait dû rester au stade théorique... Car la chose que nous avions créée était beaucoup trop dangereuse pour rester en liberté. Il a donc été enfermé dans la Grotte Interdite, sous le contrôle de scientifique chargés de le maintenir dans un état de sommeil profond... Jusqu'à ce que Giovanni l'apprenne... Par ma faute.
Cette fois, le scientifique s'écroule à genoux, le visage dans les mains.
- Tout cela est de ma faute... Giovanni a décidé de muter avec Mewtwo. Cela s'est passé ici, et c'est ce qui a causé cette explosion et tous ces morts... Et il ne tardera pas à utiliser ses pouvoirs pour atteindre son but. Il faut le détruire avant qu'il prenne possession de ses capacités destructives. Qui sait ce que ce mélange, cette hérésie génétique, donnera ?


*


Les recommandations d'Auguste sont claires. Il a passé une demie-heure à s'excuser de m'avoir fait subir la transmutation. Lorsque Nat lui a demandé s'il existait un moyen de me rendre mon corps, le vieil homme a juste pu dire que mon enveloppe corporelle se trouvait dans le souterrain de la Sylphe Sarl, le QG de la rocket où se trouvait Giovanni la dernière fois qu'on l'avait vu. Cependant, il ne connaissait pas le moyen de me faire réintégrer mon corps. Il nous a toutefois expliqué que le corps et son âme sont indissociables : l'un dépend toujours de l'autre et tente toujours de ne refaire qu'un. Mon corps était donc toujours maintenu en vie dans les locaux de la rocket. Rassurant. Peut être le fait de le toucher simplement pourrait me faire réintégrer mon enveloppe ? Auguste restait sceptique : sans fantôme, il était quasiment impossible de déplacer des âmes. Il a ajouté que le rejet provenait du fait que l'âme n'était pas dans son bon réceptacle, qu'elle sentait que les deux étaient incompatibles. C'était complexe, et les hommes n'imaginaient pas toute l'ampleur de la chose.
En somme, il est incapable de m'aider, et je n'ai plus qu'à attendre que le corps ou l'âme rejette l'autre élément. Ce qui peut se produire dans une journée, une heure, voire dans la minute. Rassurant. J'en ai déjà eu les prémices, ma mort ne tarderait donc pas. Je suis condamné. La nouvelle, choquante pour Nat qui pensait pouvoir me sauver, ne m'a au final presque rien fait. Finalement, lorsqu'on est un pokémon, vivre une minute de plus dans ce monde hostile est déjà une victoire en soi, alors demeurer en vie aussi longtemps dans des conditions aussi précaires... Un vrai miracle.
Nous n'avons plus qu'une chose à faire à présent : éliminer de la terre Giovanni. D'après Auguste, il était encore en état de transition, découvrant ses pouvoirs nouvellement acquis. Il ne tarderait pas à les maîtriser. S'il est moins puissant que le pokémon originel - la mutation ôtant quelques capacités en route - il n'y a aucun doute sur le fait qu'il sera redoutable, plus puissant qu'un pokémon moyen, et doté des meilleures attaques psychiques, le type le plus puissant au monde. Se combinent à cela ses aptitudes de dresseur de pokémon sol. Un ennemi mortel.
Nous nous envolons vers le seul endroit où nous pensons trouver Giovanni : Saphrania. La ville n'est plus peuplée que par des sbires vêtus de noir. Les habitants ont dû partir ou bien sont morts.
Marco atterrit devant la porte du QG. Quelques gardes tentent de nous arrêter, mais le dracaufeu s'en charge et les encastre dans le mur.
- Notre but est simple, mes amis, déclare Nat à ses pokémon : on détruit la rocket, on retrouve le corps d'Ethan et on botte le cul de Giovanni. Des questions ?
Un plan simple comme je les aime. Nous secouons la tête.
Nat entre dans le bâtiment d'un pas décidé.
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Dim 11 Jan 2015 - 19:04

En ce jour de marche républicaine, je vous propose ce nouveau chapitre !

Chapitre 42




Nous battons sbires sur sbires. Nat est intraitable et ne montre aucune pitié. Pourtant, parmi ces types qui se ruent sur nous comme des mouches sur une merde, il doit y en avoir dans le même cas que James ou Auguste : des gens qu'on fait chanter afin qu'ils obéissent aux ordres.
L'ascension est longue : il y a du monde au portillon. Dans les derniers étages, nous avons la surprise de tomber sur une vieille connaissance, ligoté sur une chaise, les yeux violets à force de se prendre des coups. Il a dû passer un interrogatoire qui s'est fini en passage à tabac.
- Nat ! s'exclame Joey. Que fais-tu ici ?
Je remarque qu'il lui manque deux dents.
Nat le libère sans rien dire. Pour une fois, Joey ne se moque pas de son cousin. Il nous explique rapidement que la rocket a tenté de l'intégrer dans ses rangs, mais qu'il a refusé. Étrange.
- Je refuse d'obéir comme un caninos à ces abrutis.
Pour une fois, je ne peux qu'être d'accord avec lui. Nat lui raconte que le raz de marée a détruit Bourg Palette. Aussitôt, Joey demande des nouvelles de sa sœur et de notre grand père et mon dresseur le rassure : ils sont en vie et en bonne santé.
Joey ne reste pas avec nous. Il reprend ses pokémon confisqués par ses bourreaux et préfère s'en retourner à son village natal pour voir s'il ne peut pas aider. Comme quoi, pour changer quelqu'un, suffit de le tabasser.
Je remarque que Nat ne lui parle pas de son frère. Joey ne saura jamais rien de cette histoire.
Dans une pièce voisine, nous libérons un autre homme prisonnier des rockets. Pour nous remercie, il nous offre un pokémon de type eau, un lokhlass semblable à celui qui tournait en rond dans son bassin à Parmanie. Surnommé Nessie, il est aussitôt envoyé au PC.
Nous montons encore un étage, puis un autre, et nous arrivons enfin dans le bureau du directeur. Là où se trouve Giovanni.
Mais ce n'est pas lui qui nous attend, assis sur le trône : c'est Jessie, la compagne de James. Elle nous fait face, tentant en vain de se montrer dure.
- Je savais bien que tu reviendrais ici. Enfin, le chef le savait, alors il m'a demandé de t'attendre et de faire ce que James aurait dû faire depuis bien longtemps sans en avoir eu le courage.
- Tu aurais pu tuer ton jeune frère toi ? envoie Nat d'un ton cassant. Tu aurais pu tuer quelqu'un que tu aimes ?
- Bien sûr. Je ne suis pas si fleur bleue que cela. J'aurais pu te tuer, moi, mais James ne m'y a jamais autorisé... et Giovanni voulait que ce soit lui qui te tue.
- C'était un test, pas vrai ?
Elle hoche la tête.
- James nous a trahi. Il est banni de la rocket et sera poursuivi pour cela.
- Tes paroles sonnent creux. Tu ne projetais pas de partir en vacances avec lui ?
Elle cligne des yeux compulsivement.
- Quoi ! Mais, comment... C'est lui qui te l'a dit, ce traître ?
- Traître à quoi ? À la rocket, ou bien à toi parce qu'il ne t'a pas emmenée avec lui ?
- Arrête de te foutre de moi, Nat.
- Il ne reviendra pas, Jessie. À cause de Giovanni... Il ne reviendra pas !
Sa voix se casse tandis que le visage de Jessie se décompose.
- Tu veux dire qu'il est... ?
Nat ne peut plus parler ; il se contente de hocher la tête en tachant de retenir ses larmes.
Elle tombe à genoux, le regard vide.
- Tu mens... parvient-elle à dire. Ça ne se peut pas... Tu mens !
Elle se rue sur lui et l'attrape à la gorge, le plaque brutalement contre le mur et serre, serre... Nat étouffe sous ses doigts, devient rouge... mais me fait signe de ne pas intervenir.
- TU MENS ! Il n'est pas mort ! Il ne peut pas être mort !
Mais l'expression du visage du garçon ne ment pas. Après un instant, elle le lâche et tombe au sol, la tête basse. Elle n'arrive toujours pas à y croire.
- Il m'avait dit qu'il était juste parti, qu'il s'était enfui après t'avoir sauvé... Qu'il nous avait trahi...
- Où est Giovanni ? Je veux le tuer. Je veux qu'il meure. Je veux qu'il souffre comme il fait souffrir tant de monde ici ! Il faut mettre fin à cette tyrannie. Où est-il ? S'exclame Nat en se frottant la gorge.
Jessie ne dit d'abord rien, ramène ses longues jambes d'araignée contre elle et pose sa tête sur ses genoux.
- Je ne peux pas croire qu'il est... Il m'avait dit qu'il serait toujours avec moi. Toujours.
- Il n'a pas décidé, crois-moi. C'est ce lâche qui lui a tiré dans le dos. Et toi, tu protèges ce couard qui a osé tuer par derrière l'homme que tu aimais. Et comme tu le protèges, je ne peux pas aller le tuer et lui rendre la monnaie de sa pièce.
- Il tuera toute ma famille si je m'avise de le trahir. Il est sans pitié.
Elle regarde un instant Nat, songeuse.
- Ton regard ressemble de plus en plus au sien. À celui de Giovanni. Froid. Glacial même. Si tu ne fais pas attention, tu finiras comme lui. Tu deviendras un monstre.
- Tout cela est de sa faute.
- Tu n'es pas obligé de devenir un monstre pour le tuer. Ce serait s'abaisser à son niveau, tu ne crois pas ?
- Tu ne sais pas ce qu'il est devenu. Un monstre... Une horreur inhumaine. Ni pokémon d'ailleurs. Une monstruosité sans nom...
- Je sais très bien ce qu'il projetait. Depuis longtemps. Et James aussi, il n'avait qu'une seule envie : éliminer Giovanni. Mais il devait en même temps te protéger. Il ne voulait pas être responsable de sa mort. Votre père parti, le seul obstacle qui s'est alors dressé devant Giovanni... c'est toi. Tu as causé bien des tracas à James à cause de cela. Son but était de vous envoyer, ta mère et toi, à l'étranger, en sécurité, là où Giovanni ne pourrait jamais vous trouver. L'Océane aurait pu être votre ticket de sortie. Mais le fait que tu deviennes dresseur itinérant a tout modifié. Il ne savait jamais où tu étais, et Giovanni se faisait un malin plaisir de l'envoyer partout où il était susceptible de tomber sur toi... En attirant l'attention sur toi, en devenant fort, tu es devenu un danger pour Giovanni... qui a tenté de t'éliminer en envoyant James afin de voir jusqu'où allait sa fidélité envers lui. James, en échouant dans sa mission, a permis à notre chef de se rendre compte qu'il était incapable d'obéir à tous ses ordres. Alors il a commencé à se méfier de lui, à le faire suivre partout où il allait... Et James s'est retrouvé pieds et poings liés. Ce qu'il a fait pour te sauver, ici même, il ne l'avait pas prémédité, mais Giovanni savait bien qu'il était susceptible d'agir, alors il s'est méfié. Je crois que son seul échec ce jour-là est de ne pas avoir réussi à te tuer.
Nat est blême en apprenant la vérité. Gêner James ? Jamais il n'y aurait pensé. Lui qui pensait aider son frère ne faisait au final que lui causer des ennuis. Et cela, en réalité, James nous le disait depuis le début.
- Dis-moi où est Giovanni, qu'on en finisse ! finit-il par grogner entre ses dents.
Jessie le regarde.
- C'est trop tard, Nat. C'est fini, il a gagné. Il a regagné son arène de Jadielle, mais tu ne pourras rien faire pour l'arrêter.


*


Jadielle. Me revoilà au point de départ. Là où je suis né. Là où je suis mort. Là où j'ai ressuscité. Même si ma transmutation a eu lieu dans les locaux de la Sylphe, c'est pourtant sur la route à l'ouest de Jadielle que je me suis réveillé.
Jadielle, la ville du champion inconnu. Celui qui ne vient qu'une fois par an... Ah, il en embête, des dresseurs... Mais quand on sait qui il est en réalité, cela n'est pas étonnant.
Nat entre sans hésiter dans l'arène. La porte s'ouvre dans un horrible grincement. Aussitôt, plusieurs paires de bras l'empoignent : c'est un guet-apens ! Caché comme à mon habitude dans sa capuche, je tente d'éliminer ces hommes aux membres musclés à l'aide de décharges peu puissantes mais bien placées. Il ne s'agit pas de blesser mon dresseur.
- Laissez-le entrer ! rugit une voix que je reconnais pas.
Les hommes nous lâchent et Nat réajuste sa veste sur ses épaules.
J'ai un coup au cœur en apercevant la créature qui est debout au fond de l'arène.
Il n'est pas humain. Il n'est pas pokémon. Il est un horrible mélange des deux. Une chimère humaine.
Giovanni nous fait face. Il est à moitié pokémon, mais son expression humaine est flagrante. Il se tient sur ses deux jambes, marche sur la pointe des pieds à deux orteils. Son torse est large et comporte quelques poils. Ses longs bras fins se terminent par des mains à trois longs doigts. Son visage, toujours carré, ne comporte pas de nez mais juste deux fentes pour respirer, une bouche munie de dents humaines, des yeux humains mais des oreilles en forme d'antennes plantées de part et d'autre de son crâne chauve.
- Eh bien ? Tu ne sembles pas particulièrement surpris par mon apparence. Quelqu'un t'aurait-il appris mes plans ?
Nat garde le silence, mais, au fond de lui, il bout.
- Alors, comment va mon ancien sbire, le traître James ?
Le garçon ne peut s'empêcher de dégainer sa pokéball.
- Je veux qu'on se batte, Giovanni. Je veux qu'on se batte, et je vais te tuer avant que tu ne deviennes encore plus monstrueux que tu ne l'es déjà ! En plus, j'ai déjà vaincu tous tes sbires, il ne reste plus que toi !
- Tous mes sbires ? De quels sbires parles-tu ? De ceux qui se trouvaient à la Sylphe ?
- Exact. Ils ont tous été arrêtés par les forces de l'ordre que tu n'as pas pu corrompre. Il ne reste plus que toi à présent.
Instant de silence. Quelque chose ne va pas : Giovanni sourit, avant de se mettre franchement à rire, à gorge déployée.
- Allons bon ! On n'a plus de raison de nous battre, Nat... Quand tu comprendras que j'ai toujours une longueur d'avance, tu auras vraiment évolué. Alors, un conseil : rentre chez ta maman mourante et profite de ses derniers instants... Elle n'est pas loin d'ici en plus : j'ai eu vent qu'elle se trouvait à l'hôpital du coin ? M'est idée qu'elle n'est vraiment pas en forme.
Le blondinet dégaine Hercule qui tente d'écraser la chimère... et a la surprise de se retrouver face à son clone. Un autre nidoking, plus grand encore que lui-même. Et plus dangereux.
Mais Nat ne se laisse pas démonter et envoie Lame. Le nidoking ennemi n'a pas la vitesse de mouvement d'Hercule : il subit l'attaque surf de plein fouet et est emporté par la vague. Noyé, son dresseur n'a plus qu'à le rappeler.
- Je n'avais pas tort quand je disais que tu étais dangereux. Il est temps d'en finir une bonne fois pour toute avec toi. Tu m'ennuies depuis bien trop longtemps.
Une nidoqueen est envoyée, mais Lame n'en fait qu'une bouchée. Giovanni grogne mais change de pokémon pour envoyer un triopikeur. Celui-ci, extrêmement rapide, parvient à toucher le aquali en provoquant un séisme. Lame s'en remet et lui envoie de l'eau. La taupe à trois tête ne parvient pas à esquiver la vague qui s'abat sur lui et meurt noyé.
Giovanni envoie alors un de ses pokémon fétiches : persian. Nat s'apprête à envoyer de nouveau Hercule, mais je m'avance sur le ring.
- Laisse, Nat, je m'en charge.
Le visage monstrueux de Giovanni s'éclaire.
- Ho, le petit Ethan a donc encore envie de jouer au chat et à la souris ? Quel courage ! Ou, plutôt, quelle bêtise...
Le persian est rapide et tente de me trancher en deux à l'aide de ses griffes ; j'esquive au dernier moment et lui envoie une première décharge qui le touche de plein fouet ; le chat miaule, feule et tente d'attaquer de nouveau... Mais il disparaît pour laisser place à mon cauchemar.
Rhinoféros. Je le reconnaîtrais entre mille. C'est bien lui, celui qui m'a tué et qui a abattu Samson. Je vois dans ses yeux qu'il me reconnaît à mon odeur. Mais, déjà, son poing se dirige vers moi. Je peux l'esquiver, il n'est pas si rapide, mais...
Je m'écroule. La douleur est insupportable. Le rejet, encore ! C'est pas le moment, bordel ! J'essaie de lutter mais mes pattes sans force refusent de me porter.
Rhinoféros me frappe. Ma douleur, déjà atroce, est aggravée par la blessure qui résulte du coup. Je m'écrase contre le mur qui s'effrite sous la violence du choc.
Je veux survivre, il le faut, alors laisse-moi lutter jusqu'au bout, bordel !
Je vois Nat envoyer Lame pour me défendre, mais le aquali est frappé à son tour par le pokémon gigantesque. Il tombe violemment au sol mais parvient à se relever assez vite pour esquiver un second coup. Il en profite pour lui envoyer un jet d'eau bien placé. Touché, le rhinoféros recule en grognant avant d'utiliser sa queue pour frapper le chien aquatique, lequel ne voit pas le coup venir et ne parvient pas à l'esquiver. Écroulé sur le sol, incapable de se relever, Lame est de nouveau frappé par les coups du pokémon roche qui ne le laisse même pas respirer.
Nat rappelle Lame et préfère envoyer Hercule qui, piqué au vif, se rue sur son adversaire et le renverse sur le dos. Cette fois, telle un tortank sur le dos, le rhinoféros bat des pattes dans le vide sans parvenir à se retourner tandis que le nidoking s'élance en l'air et l'écrase de tout son poids. Le sol de l'arène se fend d'un bout à l'autre alors que l'attaque provoque la création d'un trou sous le corps du pokémon rocheux.
Hercule est rappelé, mais le pokémon adverse n'est pas mort et tente de se relever. Lame revient au combat et achève son adversaire en le noyant dans le trou créé par la précédente attaque.
Plus qu'un pokémon, Giovanni. Ne sens-tu pas ta fin arriver ?
Entre-temps, la douleur est partie et j'ai réussi, tant bien que mal, à me remettre sur mes pattes. Mais la crise m'a ôté la grande majorité de mes forces, ainsi que l'attaque du rhinoféros que je me suis prise. Le chat revient alors sur le ring, prêt à en découdre pour protéger son maître, ce salaud, ce monstre.
Nous nous fixons, lui et moi, dans les yeux. Je regarde ses pupilles dilatées par l'excitation du combat, la bave qui se met à couler sur son menton clair témoignant son envie de m'avaler tout cru, ses côtes qui se soulèves au rythme de sa respiration rapide. Tu as beau être un chat, et moi une souris, ce n'est pas pour autant que tu me tueras.
Le chat s'élance, souple et silencieux, les griffes sorties et la gueule béante, prête à m'avaler ; je reste immobile, à quatre pattes, collées contre le mur contre lequel il m'a envoyé tout à l'heure.
Je t'attends, chat d'égout ! Approche donc, je vais te faire la peau.
Le persian est tout proche. Je ne dois pas le louper. Je n'ai le droit qu'à un essai. Car la crise est toujours là, prête à surgir de nouveau.
Je n'en ai plus pour très longtemps. Un seul essai. Une seule chance.
Le chat n'est pas ton ennemi.
Cela n'a même pas duré une fraction de seconde. Mon regard se porte alors sur la monstruosité génétique de l'autre côté du terrain. Non, bien sûr. Le chat n'est qu'un pion. Pour mettre fin à la tyrannie, c'est le roi qu'on doit toucher.
La queue soigneusement collée dans la prise de courant, je libère mon énergie électrique en un arc monstrueux, surpuissant, qui file droit devant moi. Le chat, placé dans le chemin de l'attaque, grille sur place. Mais l'arc continue d'avancer, traverse le terrain...
Et frappe Giovanni de plein fouet.
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Lun 12 Jan 2015 - 12:58

Et voici donc - TADAAAAA ! - le dernier chapitre de yellow reborn - mais néanmoins pas la fin, il reste encore l'épilogue !!! J'espère que vous êtes bien accroché, parce que des rebondissements, il va y'en avoir !!!


Chapitre 43





La violence du choc est inouïe : Giovanni est littéralement éjecté sur plusieurs mètres, comme moi tout à l'heure lorsque j'ai été frappé par le rhinoféros.
Il frappe le mur et une partie du bâtiment s'écroule sur lui.
C'est fini. Il est mort.
C'est la pensée qui traverse mon esprit tandis que je sombre dans les ténèbres, en proie à une nouvelle crise.
Mais ce trou noir ne dure qu'une fraction de seconde. J'ouvre de nouveau les yeux : Nat court vers moi, ignorant notre ennemi.
- ETHAN !
Je suis réveillé, mais je ne suis pas bien du tout. En fait, je n'arrive plus à bouger. Si, un tout petit peu, mais par mouvement saccadé. Que m'arrive t-il ?
Le corps rejette l'âme. L'âme n'arrive plus à se faire obéir du corps.
C'est le début de la fin, en gros. J'accepte. J'ai atteint mon but : le chef de la rocket est mort. Nat est sauvé, il va bien. Il va peut être pleurer un peu ma mort, mais ensuite il repartira au combat. Ou bien il arrêtera complètement et se retirera dans une maison à la campagne. Ou encore il aidera à la reconstruction de Bourg Palette.
Mais tout cela, ce sera sans moi.
Cependant, quelque chose en moi lutte pour contenir mon âme dans ce corps, dans ce réceptacle qui tente de m'éjecter. Serait-ce ma rage de vivre qui me fait m'accrocher à ce point ?
Nat est penché sur moi ; doucement, il me prend dans ses bras.
- C'est fini, Ethan, tu as gagné. Nous avons gagné. C'est fini.
- Ho que non !
Le garçon se retourne.
Giovanni est toujours vivant. Debout, les yeux rouges, les pierres qui le recouvraient lévitent à côté de lui. De la télékinésie. Il a découvert ses pouvoirs, et semble savoir comment s'en servir. Cependant, mon attaque lui a porté atteinte : du sang noir s'échappe d'une plaie béante aux contours brûlés.
Mauvais ça.
- Je ne t'ai pas dit, Nat... Depuis le début, tu te trompes de cible... Tu crois que j'aurais été assez bête pour laisser tous mes sbires au même endroit ?
Mon dresseur fronce les sourcils tandis que j'essaye de suivre la conversation.
- Que veux-tu dire par là ? demande Nat, soudain très inquiet.
Giovanni rit de nouveau avant de répondre :
- Ne te souviens-tu pas d'un bateau de croisière portant le nom d'Océane ?
La vérité fait mal... L'allure étrange des passagers m'avait plutôt choqué à ce moment-là... Ces gens qui semblaient occupés par des pensées obscures, alors qu'ils auraient dû s'amuser... Maintenant, il n'y a plus de doute.
Giovanni a raison : depuis le début, on court derrière le mauvais pokémon.
- Et oui, Ethan ! Mes meilleurs sbires, ils ont déjà été envoyés à l'étranger corrompre et envahir d'autres contrées. Vous étiez tous là à essayer de m'arrêter, moi et moi seul, sans même vous imaginer que je menais ma guerre sur un tout autre terrain... Ce pays-ci, je ne l'aurais pas par la force. En tout cas, ce n'est pas moi qui l'aurais. Mais cela, vous ne le verrez ni l'un ni l'autre, car vous allez mourir bien avant que cela se produise.
Il se rue alors sur nous, frappe Nat d'un coup de poing qui l'assomme ; je tombe lourdement sur le sol sans pouvoir amortir ma chute.
- Tu croyais avoir gagné, Ethan, mais sache que je suis invulnérable. Bientôt, cette terre, et toute les autres seront miennes ! Je dirigerai le monde et personne ne sera de taille à m'affronter ! Et, où seras-tu lorsque les nations tomberont les unes après les autres ? Hein ? où seras-tu ? Je vais te le dire : tu seras mort. Ton corps rejette ton âme. Tu étais résistant, mais pas assez pour pouvoir lutter contre moi. Je vais emmener le petit, il pourrait s'avérer utile contre certaines personnes. Tu as perdu, Ethan. Et, maintenant, tu vas mourir. Tu salueras Auguste au passage : le vieux a rejoint son maître il n'y a pas deux heures de cela. Quoi ? Tu crois que je ne savais pas qu'il avait vendu la mèche ? Bah, ça m'est égal : les trois seules personnes au monde connaissant la vérité sont mortes, ou presque. Aucun risque pour moi donc.
Et il se met à rire, le monstre. Il rit, perché sur le cadavre de son rhinoféros, avec Nat inerte sur son épaule. Quand il rit, sa bouche s'élargit horriblement, découvrant des dents pointues là où auraient dû se trouver des molaires s'il avait été humain.
Puis, il fléchit les genoux et saute dans le ciel qui s'obscurcit.
Je sombre de nouveau dans les ténèbres.


*


Suis-je mort ?
Non, j'ai mal. On n'a pas mal quand on est mort. Alors, où suis-je ?
Allez, ouvre les yeux, merde. Je veux voir où on m'a emmené.
Et puis d'abord, comment cela se fait-il que je sois encore en vie ? Mon corps rejetait mon âme...
Tu es toujours en vie. Mais dans quel état...
J'arrive à ouvrir les yeux.
Une chambre d'hôpital. Des tubes qui me sortent du nez, de la bouche. Une perfusion plantée dans le bras. On essaie de me sauver, sans se rendre compte qu'il est déjà trop tard.
Quelqu'un ouvre la porte. Je reconnais Léo à ses oreilles de mélofée. Que fait-il ici ?
- Ethan ! Tu es réveillé ! Comment te sens-tu ?
- Qu'est-ce... que je... fais... là ?
Ma voix a du mal à m'obéir. Ce n'est qu'un râle qui s'échappe de mes lèvres.
- On t'a trouvé dans cette arène, agonisant. J'ai réussi à expliquer qui tu es. Cela n'a pas été sans mal, les gens ont une fâcheuse tendance à avoir peur de moi... Mais quand on a découvert les créatures monstrueuses que renfermait cette tour du diable à Saphrania...
- Je meurs, Léo...
- Je pense avoir trouvé le moyen de te sortir de là.
- Impossi... pas... fantômes.
- Il existe d'autres moyens. Mais, pour cela, il faut déjà qu'on te soigne. J'ai demandé aux infirmières qu'on t'administre les meilleurs soins afin que tu guérisses au plus vite. Il faut que tu tiennes le coup. Et, après, on tentera de retrouver Nat.
- Gio... va le tuer.
- Giovanni est blessé. Des gens ont réussi à le voir s'échappant de l'arène avec Nat sur l'épaule. Il est tellement blessé qu'il a éclaboussé de sang presque tous les bâtiments sur son chemin. Il n'ira pas loin, on peut le suivre à la trace. Et on va sauver Nat. Mais tu dois t'accrocher. Une certaine Jessie, de la rocket, m'a demandé d'aller voir un vieux scientifique du nom d'Auguste qui aurait des renseignements à ton sujet... Malheureusement, il a été tué il y a peu de temps, mais j'ai réussi à récupérer ses notes avant que le volcan n'entre en éruption. Je sais ce que tu vis. Mais essaye de survivre jusqu'à ce que les médicaments parviennent à te guérir ! Tu es peut être la seule chance de Nat : tu es toujours Relié à lui, pas vrai ?
Je le regarde. Oui. Le Lien. Je cherche en moi, ignorant le chaos qui règne là. Oui, il est toujours là. Faible, mais présent. Nat est en vie.
Léo sourit, son visage pokémonesque se tordant étrangement :
- On va le sortir de là, vieux !


*


Ils ont préféré m'endormir pour que je guérisse plus vite, alors je ne sais pas ce qu'il se passe durant les jours qui suivent l'enlèvement de Nat.
Quand enfin je me réveille, la première personne que je vois est Léo, tout sourire.
Je tente de dire la première chose qui me vient à l'esprit :
- Ils l'ont trouvé ?
Le sourire du pokémaniaque fond comme neige au soleil. Il secoue la tête.
- Non. Par contre, tout est préparé pour que ta chimérisation se passe à merveille.
- Chimérisation ?
- Oui, c'est comme ça que j'appelle ce procédé. C'est le seul que j'ai trouvé pour que tu retrouves une apparence à peu près normale... Et que tes soucis d'âme qui se barre fiche le camp.
- Est-ce que j'ai piqué des crises durant mon sommeil ?
Je remarque que ma locution se fait plus facile : mon corps d'emprunt n'aurait-il plus envie de bouter mon âme ?
- Si, une ou deux. On a tous cru que tu ne survivrais pas. Tu reviens de loin, vieux. Mais à présent, si tu le veux toujours, tu es en état pour réintégrer un corps à toi.
J'acquiesce et tente de me relever, mais mon interlocuteur m’arrête aussitôt :
- Non, Ethan, je préférerais que tu gardes tes forces...
- Pourquoi ? Tu as peur de quelque chose ?
Il garde le silence, songeur. Son assurance diminue, c'est inquiétant.
- Je ne sais pas comment ça va se passer, avoue t-il. Tu n'es pas dans le même état que moi ou Giovanni, tu utilises un corps qui n'est pas le tien.. J'ai peur de ce que ça va donner, pour tout dire.
- Le meilleur moyen de le savoir est de tenter le coup. Je veux sauver Nat. Il n'a été qu'une victime dans cette affaire. S'il a envenimé les choses, ce n'était pas pour sauver le monde ou pour d'autres raisons. Il voulait juste réunir sa famille, une dernière fois. Peu de gens pourraient se vanter d'avoir un tel but dans la vie.
Léo me regarde gravement.
- Tu as changé, Ethan.
- Un tel voyage ne peut pas donner d'autres résultats, tu ne crois pas ?
- Si, mais... Quand je t'ai rencontré la première fois, tu étais plein de colère, tu n'aimais pas Nat... Et là, tu es calme, et tu veux le sauver... C'est à croire qu'il a déteint sur toi.
- Et moi sur lui, malheureusement. Tu devrais voir comment il s'adressait à Giovanni... Et comment il nous a débarrassé d'une bande de Loubard à l'est d'Azuria. Un tueur, j'te dis. Un tueur.
- Ce que je me demande, c'est ce que Giovanni va faire de lui. Je veux dire, s'il avait voulu se débarrasser de lui, il aurait simplement suffit de le tuer sur place, non ? Alors, pourquoi l'emporter comme ça ?
- Nat va certainement lui être utile à quelque chose. Il ne pense pas comme toi et moi, ce type, c'est un manipulateur. Sûr que ce n'est pas pour jouer au papa avec mon cousin en tout cas. Plus tôt on l'aura récupéré, mieux ça vaudra.


*

Le jour même, on m'emmène dans le bâtiment de la Sylphe, dans le second souterrain, là où l'étrange machine de Léo a été déplacée depuis Cramois'ile. Mon corps est ici. Ça me fait très bizarre de le voir là, dans ce liquide verdâtre, flottant et sans vie... Et maigre. Horriblement maigre. Sans âme, ce n'est qu'une coquille vide, si bien que je le regarde comme un corps étranger.
Des hommes en blouse blanche déposent le corps dans un fauteuil dans un des télépodes tandis que je suis placé dans le second module. Léo vient me voir juste avant l'opération.
- Tu es vraiment courageux de tenter cette expérience. Peut être qu'ainsi on pourra tenter de faire réintégrer des corps aux malheureux qui ont été transmutés...
Je pense à Miroku et Marco, ces êtres mystérieux. Qui sont-ils finalement ? Pourquoi ont-ils servi de cobayes ? Étaient-ils juste des ennemis de la rocket, ce qui en fait des alliés ? Ou étaient-ce des personnes tout à fait innocentes, des victimes collatérales ? Je l'ignore, et je crois que je ne le saurais jamais : Nat les avait sur lui lorsqu'il a été enlevé. Aucun moyen de savoir ce qu'ils sont devenus. Peut être ont-ils été tués, peut être sont-ils morts des suites de la transmutation, comme j'ai bien failli l'être... Car si je suis un miracle, eux aussi, depuis le temps qu'ils nous suivent...
- Est-ce que tu as peur, Ethan ?
J'essaie de trouver en moi la réponse.
- Non. Cela fait bien longtemps que je n'ai plus peur. Je peux mourir à chaque instant. Si j'avais peur tout le temps, je deviendrais fou. Et puis, à force de combattre et de me retrouver dans des situations sans issue... on finit par s'y habituer. Tu le saurais si, au lieu de devenir chimère, tu étais devenu un humain transmuté.
Il sourit. Un des scientifiques lui indique que l'opération va débuter. Léo se retourne et lui fait un signe avant de me refaire face et de me dire :
- Bonne chance, vieux. Ah ! Au fait, il faut que je te retire ça, sinon ça risque de faire partie de ton nouveau corps.
Il désigne du doigt mon pendentif en os représentant la rune du Vengeur et me la retire.
- Merci.
Et il ferme la porte.
Quelques instants après, un grondement semble monter du sol. Il m'envahit, fait trembler toute la cabine.
J'avais beau jouer au dur tout à l'heure, je crois que j'ai la trouille à présent. Tellement que pour un peu je me pisserais dessus.
Des bras métalliques au-dessus de ma tête se mettent à tourner, lentement d'abord, puis de plus en plus vite jusqu'à ce que je ne parvienne plus à les distinguer.
C'est là que la douleur me prend. Comme si mon corps était horriblement tordu dans tous les sens, comme s'il était tiré comme une chaussette qu'on essore. Puis la sensation d'os cassé, devenue si familière, se fait sentir. Comme si mon squelette entier était fracassé, comme si un cinglé voulait transformer mes os en poudre.
Et une douleur. Intense. Bien plus qu'une crise.
Je vais mourir.
Je suis en train de mourir.
Je suis mort.
Nat.
Slyaquali

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Malin
Exp : 2241
Date de rencontre : 23/02/2013
Niveau : 17
Eau Fée
Habitat : Loin de toi ~
Pokédex : ¯\_(ツ)_/¯

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Lun 12 Jan 2015 - 19:33

Oh, déjà le dernier chapitre ? :c

Wait, c'est quoi cette fin ?! T'as pas le droit de faire ça ! D:

_________________

Ni vue, ni connue  

Magnifique avatar par El Grande Maestro Phiphi ~:
 
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mar 13 Jan 2015 - 10:48

T'inquiète pas sly, j'ai écris qu'il restait encore l'épilogue ^^. Contente de ton commentaire en tout cas, merci !

Bon, c'est pas tout ça, mais faut que je prépare un nouveau roman, sinon quoi je vais m'ennuyer ! - la continuation de pearl of space n'est pour le moment pas prévue, j'ai encore oublié mes notes ! -
Iloufilm

avatar

Champion de Port Tempères
Champion de Port Tempères


Nature : Gentil
Exp : 389
Date de rencontre : 09/11/2014
Niveau : 23
Eau Plante
Pokédex : Aucune information.

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mar 13 Jan 2015 - 15:43

Ca sent trop la "bad ending" :c
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mar 13 Jan 2015 - 18:27

ENFIN !!! La fin, j'espère, tant attendue, de yellow reborn, la fin officielle !
Tout en lisant cet épilogue, je vous conseille toutefois d'écouter la musique suivante : déjà la musique en elle-même, très émouvante, m'a servi à finir l'écriture du roman et montre assez bien mon état d'esprit ; et, de plus, les images qui l'accompagnent montrent pour certaines la situation que je cite au long de l'épilogue (surtout le début jusqu'à la moitié de la vidéo). C'est juste une histoire d'illustrer cet épilogue qui marque la fin de mon dur (si ! si !) labeur. Tout ce que je vous souhaite à présent, c'est une bonne lecture !



Épilogue





Il fait noir. Froid. Tout autour de moi, le néant.
Suis-je mort ?
Je l'ignore.
Je n'ai aucune sensation. Comme si je me trouvais dans le vide.
Suis-je mort ?
Je tente d'ouvrir les yeux, de me réveiller, mais je remarque que mes paupières sont déjà relevées. Je suis dans le noir parce qu'il n'y a pas de lumière là où je suis.
Mon corps est étrange. Mes membres, plus longs.
Mon nez perçoit une odeur, celle du feu.
Du feu ? Quelque chose se serait mal passée ? La machine aurait-elle explosé durant ma chimérisation ?
Le terme me rappelle Léo, et je remarque que je n'entends rien. Pas de voix. Juste le silence, ponctué par moment de crépitements. Du feu. Ça correspondrait avec l'odeur.
Bon, il faut sortir.
Je referme les yeux, inutiles dans cette obscurité, et use de mes bras pour me repérer. Je suis toujours dans le télépode et la porte est entrouverte. Je sors prudemment. Mes pattes ne me provoquent plus la même sensation qu'auparavant. Serais-je redevenu humain ? Songeant à Giovanni et à Léo, je dois avoir une apparence affreuse. Un monstre. Mais ça, je l'étais déjà avant.
Il y a des débris un peu partout, comme si une partie de la salle s'était effondrée. Mon odorat toujours fin m'indique la présence de corps en début de décomposition.
Bordel, que s'est-il encore passé ici ? La machine a explosé, c'est ça, hein ? Elle a pété, tuant tous les gens autour. Fait chier.
Bon, essayons de sortir.
Je fouille dans mes souvenirs pour me rappeler de la disposition de la pièce. Devant le télépode, à environ 3 mètres de distance, je me souviens des bureaux sur lesquels sont posés les ordinateurs commandant la machine. Ok, j'y suis. Je fais le tour du meuble, m'aidant de la main pour me guider. Là, quatre pas à droite, et trois devant pour trouver l'escalier. Ok, ça n'a fait que deux pas vers la droite et un seul tout droit. J'ai oublié que mes enjambées ne sont plus tout à fait les mêmes.
Je grimpe l'escalier et me cogne un peu brutalement contre une poutre. Je vois 36 chandelles. Elle n'était pas là avant, celle-là. Résultat de l'explosion ?
J'ouvre les yeux, à tout hasard, tâchant de découvrir un rayon lumineux. Mais il n'y a rien. Juste l'obscurité. Je les referme et continue mon exploration.
Poussant la poutre de toutes mes forces, je sens de la poussière me tomber dessus. Du plâtre.
Cette fois, un rayon de lumière caresse mon visage. Là-haut ! Voilà la sortie !
Je saute pour tenter d'attraper une branche métallique tordue qui sort du mur. Je m'accroche, grimpe dessus en m'aidant des aspérités du mur, et continue mon ascension en m'aidant des débris tout autour de moi.
Enfin, j'arrive dans la ville de Safrania.
Ou, plutôt, ce qui reste de la ville de Safrania.
La capitale est entièrement détruite. Rasée. Fini, l'immeuble de la Sylphe : il est écroulé tout autour de moi. Finie l'arène, le dojo, le centre pokémon et autres... Ce n'est plus qu'une ville morte. Certains bâtiments encore debout sont des ruines, quelques fois encore la victime des flammes. Quelques morceaux de cadavres humains dépassent des tas de gravats. Mais quelque chose est certain : si la ville a été détruite, ce n'est pas de la faute de l'expérience. Si cela avait été le cas, il y aurait une certaine concentricité dans les dégâts. Or, là, tout est désorganisé. Et ma chimérisation n'aurait jamais pu faire apparaître des bombes aussi hautes que des rhinoféros.
Je m'approche de l'une d'entre elles, échouée là au beau milieu de ce qui était avant la boutique pokémon. L'écriture me parle aussitôt.
Johto. Johto a pris sa revanche sur Kanto. Était-ce cela, le but de Giovanni : pousser les deux régions à s'affronter de nouveau ? Pour cela, il lui a suffit d'affaiblir Kanto. Les catastrophes récentes ont dû l'y aider : toutes les autorités étaient occupées sur plusieurs fronts : Bourg Palette, Parmanie, Lavanville, Carmin et Saphrania. Tant de fronts, et si peu de gens pour s'en occuper... Ça a dû être facile.
Mais cela veut dire que Johto avait des armes dont on ignorait l'existence. La région, après sa défaite en 52, a été démilitarisée et entièrement désarmée. Ce qui veut dire qu'elle s'est armée dans l'ombre...
Aidée un petit peu par Giovanni ? L'idée est plausible.
J'entends du bruit plus loin. Des éclats de voix.
Je ne peux pas rester ici.
Je regarde mon corps. Je suis nu. Mon apparence est plutôt similaire à celle d'un humain. Certaines de mes cicatrices obtenues au cours de mes combats pokémon sont apparues sur mon corps humain. Celle au ventre par exemple, souvenir du staross d'Ondine, mais également d'autres provenant de combats moins épiques. J'en ai même deux sur la joue, qui doivent provenir de mon tout dernier combat contre Persian. Dans mon dos, deux marques sombres rappellent les rayures du dos du pikachu. Mes doigts se terminent par des griffes au lieu d'ongles, tout comme mes orteils. Mes cheveux sont blonds, presque blancs... Mes doigts se posent ensuite sur mes oreilles.
C'est pas possible. Non ! Dites-moi que ce n'est pas vrai ! Je n'ai pas...
Si. J'ai gardé des oreilles de pikachu. Elles sont implantées là où doivent l'être des oreilles humaines, mais elles ont la forme allongée de celles des pikachu... et dépassent de mon crâne. Pas étonnant que j'entende si bien.
Un coup de vent fait danser les flammes du bâtiment au-dessus de moi qui par miracle tient debout, et je grelotte. Il me faut des vêtements, et quelque chose pour cacher ces oreilles trop voyantes. Je fouille un peu partout dans les décombres. Je finis par déshabiller un corps d'homme adulte presque intact ; une chute de pierres semble être la cause de la mort du malheureux.
C'est étrange de déshabiller un humain mort, surtout avec autant de détachement. Cela ne me fait rien. Serais-je devenu insensible ?
Je vole le manteau du mort, une longue veste qui m'arrive aux genoux, ainsi que son pantalon. De toute manière, il n'en aura plus besoin. Il ne me manque plus que des chaussures, car ses pieds sont beaucoup plus grands que les miens. Je finis par en dégoter presque à ma taille sur un autre corps. Enfin, corps : deux jambes qui dépassent d'un tas de gravats. Mais ne faisons pas le difficile. Ça, c'était l'avantage de mon état de pokémon : pas la peine de s'habiller. C'était une belle corvée en moins.
Un bonnet trouvé plus tard, je déguerpis.


*


Je ne sais plus quoi faire. Mon nouveau corps est pleinement opérationnel. Mes sensations sont quasiment les mêmes que lorsque j'étais un pikachu. Le gros soucis que ce nouveau corps me pose... c'est la place qu'il prend. C'est fou comme on prend vite des habitudes. Avant, je n'imaginais pas combien un corps humain était contraignant de par sa taille...
Je rencontre peu de personnes sur ma route. C'est à croire que les habitants sont morts ou qu'ils ont été prisonniers. En fait, les seuls humains que je rencontre sont des pillards.
Devant ces paysages désolés, je décide de fuir. Giovanni avait raison : il a gagné. Pendant que je récupérais de mes blessures, il a dû apprendre à utiliser ses pouvoirs et doit être à la tête de Johto.
Mais vaincre Giovanni n'est pas mon but. Tout ce que je veux, c'est retrouver Nat. Le soucis, c'est que je peine à ressentir sa présence. Il est certainement trop loin à présent, le Lien s'atténue de plus en plus. Ou bien c'est ma transformation en chimère qui est à l'origine de ce phénomène.
Mon pied bute sur quelque chose de dur. Je regarde. C'est un rail, caché sous des gravats. En fouillant un peu sur le côté, je découvre le deuxième,intact.
Je ne sais plus où aller pour atteindre mon but. Regardant autour de moi, je ne sais quelle direction prendre. Alors, je prends une décision.
Suivant les rails, je marche droit vers le soleil qui apparaît doucement à l'horizon, perçant les nuages noirs de cendres.


Ps : pour ceux qui se posent la question concernant la ligue, je n'ai pas perdu à la ligue, je ne l'ai pas faite, tout simplement. La version jaune, je crois, restera à jamais la version que je n'ai jamais pu finir. De plus, d'un point de vue scénaristique, je trouve ce passage, cette suite de combats ininterrompue, plutôt horrible et inintéressante. Même en jeu je n'aime pas la faire, je préfère largement la partie exploration ; souvent, je ne la fais que pour pouvoir visiter de nouveaux lieux après.
Pour ceux qui se disent alors que ce nuz n'est pas un nuz fini à cause de cette ligue non faite, cela m'est égal : pour ma part, le roman est plus important que le jeu Smile  (je joue pour écrire en fait, et non l'inverse)


Dernière édition par white shewolf le Mar 13 Jan 2015 - 19:22, édité 1 fois
Slyaquali

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Malin
Exp : 2241
Date de rencontre : 23/02/2013
Niveau : 17
Eau Fée
Habitat : Loin de toi ~
Pokédex : ¯\_(ツ)_/¯

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mar 13 Jan 2015 - 19:05

Je heu ...

Je veux une suite.
Fais une suite.
C'est sadique de finir sur ça, sérieux !

Franchement, un roman énorme. L'idée de l'humain dans un corps de Pokémon a peut-être été souvent utilisée, mais ce qui fait l'originalité de ton histoire c'est tout ce qu'il y a autour de cette transformation, et ça tient debout, ça ne part pas dans un truc complètement fou et incompréhensible. Mais tout ne tourne justement pas autour d'Ethan, ce qui est bien, il ne monopolise pas toute l'histoire. Tu as vraiment creusé le personnage de Nat, que j'aime beaucoup, avec sa famille, son caractère, qui change au fil de l'aventure.

Et je ne le dirai jamais assez : j'adore ton style d'écriture, léger, humoristique et familier, qui me fait souvent sourire et rire. Tu es une super romancière.

Ah, et, j'ai une question : Pourquoi as-tu remplacé la couleur bleue des cheveux de James par du blond ? :p

_________________

Ni vue, ni connue  

Magnifique avatar par El Grande Maestro Phiphi ~:
 
Iloufilm

avatar

Champion de Port Tempères
Champion de Port Tempères


Nature : Gentil
Exp : 389
Date de rencontre : 09/11/2014
Niveau : 23
Eau Plante
Pokédex : Aucune information.

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mer 14 Jan 2015 - 0:53

Cette fin............me convient. Je m'en fout que tu n'est pas fini la ligue , l'histoire m'a tenu en haleine du début à la fin O^O
J'ai rien à dire le post de Sly ainsi que ton ruban de Meilleur Nuzlocke parlent d'eux même donc je me tais et j'applaudis TwT (et la musique va trop bien avec la fin )

Personellement si tu ne prévois pas de suite après cette aventure ca ne me dérange pas du tout ^^
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mer 14 Jan 2015 - 12:40

Merci sly et iloufilm pour vos commentaires, je suis ravie que cette histoire vous aie plu ! (ainsi que la musique, que j'apprécie particulièrement). je suis également fière d'avoir pu le terminer. En effet, j'ai beau avoir publié sur le fofo deux romans (plus la bd, mais je ne la compte pas), bon nombre de projets sont tombés aux oubliettes (le roman sur silver(remplacé par la bd), mais également the unluckiest nuzlocke et pearl of space, qui n'avancent pas d'un pouce... mais également d'autres dont je n'ai jamais parlé : diamond of time, sur diamant, un nuz sur Y, une éventuelle suite de yellow reborn, sur blanc... ). Finir un projet, c'est comme une victoire personnelle, surtout quand il a duré aussi longtemps, comme yellow reborn(commencé en novembre (au moins) 2013 et fini officiellement en janvier 2015... ). le nuzlocke rouge feu ne m'a prit que 4 mois, en comparaison. Il est quand même étrange que les deux romans que j'ai écris soient rédigés à partir de la 1G, qui n'est pourtant pas la génération que je préfère... comme quoi !

Pour moi, dans cette histoire, il y a deux héros : Ethan et Nat, et pas un ne serait ce qu'il est sans l'autre. Ils ont une place égale dans ce roman. Malgré cela, si je suis plutôt contente du personnage d'Ethan, je pense que j'aurais encore pu creuser le tempérament de Nat. Pour ce qui est des cheveux de James, ils sont blonds pour le faire ressembler à son frère. Oh, et pis, dans la version jaune, les cheveux changent de couleur selon le lieu : un coup ils sont marrons, un coup ils sont violets... alors c'est moi l'auteur, c'est moi qui décide, alors crotte mdr.

Pour ce qui est d'une suite... pour le moment rien n'est décidé. Pour le moment, je suis dans un tout autre projet. Et puis... vous ne savez pas tout... Lisez donc ceci, qui est une suite de yellow mais également un prologue à une éventuelle suite... bonne lecture !



Prologue à suite de Yellow Reborn


Le vent s'engouffre dans les ruines de la ville détruite, assèche les cadavres, emmène les odeurs de putréfaction et de cramé vers d'autres horizons.

Plus personne ne peut vivre ici. Ce n'est plus que désolation. Les produits chimiques et les déchets en tout genre ont pollué tant et si bien les sols que ceux-là sont devenus stériles, et l'eau impropre à la consommation. Là où naguère se dressait la plus grande ville de Kanto, la plus puissante des mégapoles du pays, il n'y a plus que gravats entassés et morceaux de métal rouillés.

Pourtant, un homme aux longs cheveux gris et vêtu de vêtements troués marche parmi ces décombres, poussant du pied quelques cailloux en quête d'objets utiles. Mais il n'en trouve pas, ou si peu !

Il soupire, regarde autour de lui. Johto a pris sa revanche sur Kanto. C'est devenu une évidence lorsque les soldats sont arrivés accompagnés de dragons portant des canons et déversant des bombes. Des armes construites à Safrania. Dit ainsi, cela a l'air d'une mauvaise plaisanterie.

Mais tout était prévu depuis longtemps. Au fin fond de la grotte des Dragons Sacrés d'Ébenelle, à Johto, les résistants, depuis la défaite de leur pays durant la guerre de 52, organisaient leur revanche. Ils manquaient cependant cruellement de moyens et de matériels. C'est alors qu'un homme leur a rendu visite en leur proposant tout Kanto sur un plateau. Les résistants, poussés par leur envie de vengeance, n'ont pas hésité. Armés, ils n'ont plus eu qu'à attendre le bon moment. Qui n'a pas tardé. Tandis que Kanto essuyait catastrophes sur catastrophe, dispersant les autorités dont la plupart étaient aux ordres de leur mécène, les résistants se sont mis en route. Et ils ont gagné.

Ce jour-là, cet homme, tout seul à présent, a tout perdu. Il n'a plus rien, n'est plus rien.

Soudain, il entend un bruit, là, tout près, derrière lui. Il se retourne. Tout ce qu'il voit est un homme vêtu de guenilles, portant un bonnet. Un misérable, comme lui, cherchant sans doute de quoi vivre. Ils courent les routes pour survivre, mais on en trouve énormément crevés dans les fossés.

Il regarde le jeune homme disparaître à l'horizon, puis se remet à chercher quelque chose d'utile pour sa survie.

C'est là qu'il le voit. Ou, plutôt, qu'il le sent. Il ressent la présence de quelque chose.

Inquiet, mais curieux, il cherche ce qui l'intrigue. Il n'a pas peur – de toute manière, qu'a t-il de plus à perdre ? - mais il aimerait bien savoir de quoi il en retourne. Peut être cet objet lui sera t-il utile pour la suite ?

Il trouve enfin ce qu'il cherchait.

C'est un morceau d'os, sur lequel est gravé un signe étrange. Une rune ancienne. Érudit, l'homme l'identifie comme étant une rune d'un peuple ancien de Sinnoh, la région situé au nord de Kanto. Que fait-elle donc ici ? Quelqu'un a dû le perdre. Il le ramasse, l'examine en le faisant tourner dans ses doigts. Il finit par hausser les épaules et fourrer sa trouvaille dans sa sacoche. Peut être pourra t-il en tirer quelques pièces au marché noir, ou bien l'échanger contre un petit sac de riz. Tout est bon à prendre.

Finalement, il ne trouvera rien de plus ce jour-là que cet étrange morceau d'os.
Slyaquali

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Malin
Exp : 2241
Date de rencontre : 23/02/2013
Niveau : 17
Eau Fée
Habitat : Loin de toi ~
Pokédex : ¯\_(ツ)_/¯

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mer 14 Jan 2015 - 13:08

Finalement le morceau de crâne du Vengeur aura une réelle importance ...

Mais, j'ai pas compris, tu dis que rien n'est décidé pour faire une suite, mais tu nous donne , je cite "Lisez donc ceci, qui est une suite de yellow mais également un prologue à une éventuelle suite...", je dois avouer que tu te contredis ^^'

_________________

Ni vue, ni connue  

Magnifique avatar par El Grande Maestro Phiphi ~:
 
white shewolf

avatar

Ecrivain
Ecrivain


Féminin Nature : Calme
Exp : 1775
Date de rencontre : 19/04/2013
Eau Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mer 14 Jan 2015 - 18:14

C'était un bout de l'épilogue en fait, que j'ai coupé au final. si je devais faire une vraie suite à yellow reborn, ce passage aurait pu par exemple servir de prologue à cette suite(suite que j'ai commencé en plus ! mais la version que je faisais pour cette suite tend à me rebuter tant elle est longue, je trouve).
Ici, je m'en sers plutôt comme second épilogue, pouvant servir de lien entre yellow reborn et une suite. Voilà, en gros...
Mimoze

avatar

Elite 4
Elite 4


Féminin Nature : Modeste
Exp : 1707
Date de rencontre : 25/07/2013
Niveau : 24
Fée Acier

Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn Mer 14 Jan 2015 - 18:26

white shewolf a écrit:
une éventuelle suite de yellow reborn, sur blanc...
Quelqu'un a parlé de cinquième génération ? Razz

Plus sérieusement, j'ai pu lire les derniers chapitres à tête reposée, et je ne peux qu'approuver ce que d'autres ont dit avant moi, l'histoire est très originale et pousse à fond les originalités scénaristiques de Pokémon Jaune (même si je regrette quand même qu'Ethan ne soit pas réellement mort, ne serait-ce que pour voir comment tu aurais fait la transition dans ta narration à la première personne Pleased ). Félicitations pour cette fin de récit, et j'ai hâte de voir ton prochain projet !

(J'en profite pour déplacer dans les Nuzlocke terminés.)

_________________


 

 

 

► En Noir et Rose



► En Camaïeu de Rose



► Aswium [ En cours ]
Contenu sponsorisé







Message() Sujet: Re: [FINI] Pokémon Yellow Reborn

 
[FINI] Pokémon Yellow Reborn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nuzlocke France :: Kalos : tous en Nuzlocke ! :: Nuzlockes écrits :: Nuzlockes terminés-